Mercredi, 27 Janvier 2021
Accueil quotidien mutations societe Garoua:les motos-taxis en colère

Garoua:les motos-taxis en colère

289
- Publicité -

Dans la soirée du 21 novembre dernier, la circulation était perturbée dans toute la ville de Garoua et surtout dans les points chauds.

Par Jacques Kaldaoussa

Selon des témoins, tout serait parti d’une altercation entre une patrouille motorisée des Equipes spéciales d’intervention rapide (Esir) et un conducteur de moto-taxi vers 19 heures au niveau de la descente « Badjika », au quartier Yelwa. Après des échanges discourtois entre, le conducteur de moto a été conduit manu militari dans les locaux des Esir ainsi que son engin. La scène a vite fait de provoquer la colère des «bendskiners » qui ont réussi à faire libérer leur pair mais pas sa moto. Ils ont spontanément investi le «carrefour de la poste », bloquant ainsi la circulation pendant près d’une heure. Il aura fallu toute une escouade des forces de maintien de l’ordre pour les disperser. Face à cet affront, certains «mototaximen » auraient même tenté d’incendier certaines unités de police de la ville.

Il convient de relever que non seulement les motos-taxis de Garoua sont frondeurs lorsque l’un des leurs est en situation mais leur corporation comporterait de nombreux jeunes venus des zones en proie à l’insécurité liée à Boko Haram où l’usage de motos est formellement proscrite. Ce qui provoque une certaine cacophonie dans la gestion des syndicats de conducteurs de motos-taxis et l’application de la réglementation par les municipalités de la ville. Les «bendskiners » de leur côté ont une dent dure contre les forces de maintien de l’ordre qu’ils accusent d’exactions, d’arnaque et d’abus d’autorité. D’où des scènes de rixes récurrentes entre les deux parties.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP