Mardi, 4 Août 2020
Accueil quotidien mutations economie Fraude fiscale et blanchiment d’argent:les bons points de l’Afrique

Fraude fiscale et blanchiment d’argent:les bons points de l’Afrique

155
- Publicité -

Un rapport publié avec le concours de la Banque africaine de développement indique que le continent a fortement progressé dans la lutte contre les flux financiers illicites.

Par Lucien Bodo

Lueur d’espoir en Afrique dans les ténèbres du blanchiment d’argent et de la fraude fiscale. En 2019, les pays du continent ont enregistré des progrès importants en matière de lutte contre ces phénomènes préjudiciables à leurs économies. C’est ce que révèle le rapport 2020 sur « La transparence fiscale en Afrique » rendu public le 25 juin dernier.

L’étude porte la signature de l’Initiative Afrique (IA) du Forum mondial sur la transparence et l’échange d’informations à des fins fiscales, l’Union africaine, ainsi que le Forum sur l’administration fiscale en Afrique (Ataf), en partenariat avec la Banque africaine de développement (Bad). 32 pays membres du Forum mondial et trois pays tiers (Angola, Guinée Bissau et Malawi) ont été passés à la loupe.

Cette enquête permet de découvrir des statistiques comparatives sur la transparence fiscale pour aider les décideurs à s’attaquer à la lutte contre les flux financiers illicites (Ffi). Elle souligne aussi la nécessité pour les pays du continent de s’engager davantage dans la mobilisation des recettes fiscales, une préoccupation renforcée par le contexte de la pandémie du coronavirus. «Cette publication annuelle s’inscrit dans le cadre des différents efforts des pays africains pour faire progresser la transparence fiscale globale et le programme d’échange d’informations afin de lutter contre la corruption, la fraude fiscale, le blanchiment d’argent, les malversations, l’érosion de l’assiette fiscale, la délocalisation des bénéfices et l’enrichissement illicite», commente le commissaire aux affaires économiques de l’Union africaine, Victor Harrison, dans la préface du rapport.

Les données disponibles, parfois très en dessous de la réalité, révèlent que les flux financiers illicites se situeraient entre 50 et 80 milliards de dollars par an. Par ailleurs, 44 % du patrimoine financier du continent serait détenu à l’étranger, ce qui correspond à des pertes en recettes fiscales de 17 milliards deuros. Cela dit, selon les experts du Forum mondial, le continent a enregistré des progrès importants sur les deux piliers stratégiques de l’IA.

Parmi les points appréciables, l’on note d’abord une meilleure sensibilisation sur le continent. Certains engagements forts concernant les politiques fiscales ont également été concrétisés. De même que les pays ont renforcé leurs capacités en matière de transparence fiscale et d’échange d’informations.

Sur ce dernier point, la responsable du Secrétariat du Forum mondial, Zayda Manatta, salue les effets positifs des outils de partage et d’échanges actuels. «Les demandes d’informations se traduisent directement par des recettes fiscales supplémentaires, et c’est ce qui importe. Cinq pays d’Afrique ont comptabilisé près de 12 millions de dollars de revenus supplémentaires et huit pays d’Afrique ont recueilli 189 millions de dollars de revenus supplémentaires entre 2014 et 2019», révèle-t-elle.   

Lancée en 2014, l’Initiative Afrique est un partenariat entre le Forum mondial, ses membres africains et des organismes régionaux et internationaux, dont la Bad, l’Ataf et la Banque mondiale. Le Forum mondial dispose d’un secrétariat indépendant installé à Paris, précisément au Centre de politique et d’administration fiscales de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

La Bad quant à elle jouit du statut d’observateur au Forum mondial depuis 2014 et participe également à l’Initiative Afrique. Elle assure la promotion de la transparence fiscale en Afrique en apportant son aide aux institutions et aux intervenants non étatiques dans ses pays membres régionaux. Elle participe également au renforcement de la coopération internationale pour éliminer les Ffi.

Pas épargné par ce fléau, le Cameroun prend lui aussi une part active à la lutte. Le pays est ainsi membre de plusieurs organisations africaines et mondiales qui se déploient à cet effet. En mai 2017, il a abrité sur son territoire une conférence internationales très courue sur les flux financiers illicites.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP