Dimanche, 18 Août 2019
Accueil quotidien mutations politique France:La mémoire du Cameroun libérée

France:La mémoire du Cameroun libérée

86
- Publicité -

Environ 90.000 documents de la période 1950-1969 déclassifiés et désormais ouverts au public au Centre des archives diplomatiques de La Courneuve, à Paris.   

Par Jean De Dieu Bidias, de retour de Paris

Les données recueillies sur place au Centre des archives diplomatiques de La Courneuve, à Paris (France), font état d’un fonds d’environ 90.000 documents rangés par thèmes dans plus de 600 cartons pour le seul Cameroun. C’est l’un des plus importants et des moins endommagés. Ces archives désormais déclassifiées dans leur entièreté couvrent pour moitié la période 1950-1969, soit les 10 dernières années du mandat onusien de la France dans la partie orientale du Cameroun et la première décennie d’indépendance du pays. Car, les documents non classés secrets ont progressivement été mis à la disposition du public depuis 1995, conformément aux dispositions de la loi française qui prévoit la déclassification de ce type d’archives après 25 ans. A Paris, diplomates et archivistes proches du dossier corroborent les propos des officiels qui assurent que c’est tous les documents en la possession de la France qui ont ainsi été libérés.

En clair, la balle est dans le camp de la communauté des chercheurs camerounais, à qui il est donné de relater sur la base de dépêches transmises à la métropole par les diplomates et militaires français du temps de la guerre d’indépendance du Cameroun, laquelle est restée en grande partie secrète. Peut-être le moment est-il (enfin) venu pour l’opinion d’en savoir davantage sur l’implication présumée de la France dans le massacre des militants de l’Union des populations du Cameroun (Upc) et d’autres nationalistes, y compris sur la période ayant suivi l’indépendance, le 1er janvier 1960.  La mémoire de cette période, du moins une bonne partie de celle-ci, est contenue dans des correspondances écrites, des documents iconographiques, etc. Les chercheurs ont donc du grain à moudre. On imagine d’ici là qu’ils s’épient désormais, dans une sorte de course contre la montre qui ne dit pas son nom. De sources autorisées, quelques-uns sont déjà allés s’abreuver à la source de La Courneuve, mais, qui sera le premier à publier sur ces « trésors » ? Les nouvelles de Paris ne semblent émouvoir personne pour l’instant du côté de Yaoundé, où beaucoup d’acteurs de la période trouble 1960-1969 sont encore en poste.

Pour mémoire, la promesse de la France de déclassifier toutes les archives du Cameroun avait été faites par l’ex-président François Hollande, en visite à Yaoundé du 03 au 04 juillet 2015.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP