Dimanche, 21 Janvier 2018
Accueil quotidien mutations economie Fourniture d’accès internet:Vodafone-Cameroon déconnecte ses clients

Fourniture d’accès internet:Vodafone-Cameroon déconnecte ses clients

79
- Publicité -

Depuis le 14 septembre dernier, l’entreprise des télécoms a dû suspendre ses activités faute de licence.
Par Lucien Bodo
Cette fois c’est acté. Vodafone-Cameroon a officiellement suspendu ses activités. L’entreprise a publié un communiqué le 14 septembre dernier pour expliquer que cette cessation des services fait suite à une notification de l’Agence de régulation des Télécommunications (Art). Le fournisseur d’accès internet est accusé par le ministre des Postes et des Télécommunications (Minpostel) Minette Libom Li Likeng d’exercer illégalement, puisque ne disposant pas de licence. Il y a quelques jours, elle a demandé à l’Art de retirer le titre d’exploitation délivré à la société NorthWave Sarl. Après l’acquisition d’un titre transitoire octroyé par le régulateur, cette entreprise camerounaise a été absorbée par Afrimax Group, qui a par la suite créé Vodafone-Cameroun.
Sauf que la loi qui régit les modalités d’établissement et d’exploitation des réseaux et des fournitures des services de communication électronique soumis au régime de l’autorisation au Cameroun stipule que les titres sont personnels, incessibles et ne confèrent aucun droit d’exclusivité. De ce fait, Northwave Sarl qui a été absorbé par Afrimax Group, ne saurait mettre son titre d’exploitation à disposition de la nouvelle entité qu’est Vodafone-Cameroon. Des sources indiquent que depuis le lancement des activités de ce fournisseur d’accès internet en 2016, des concertations se sont multipliées à l’effet d’amener Vodafone-Cameroon à acquérir une licence d’exploitation en bonne et due forme. Ces discussions sont malheureusement restées infructueuses. Et Malgré les multiples rappels à l’ordre, Vodafone-Cameroon va plutôt décider d’étendre son réseau.
Expansion
Décor de fête. Le rouge, que côtoient avec timidité quelques bouts de blanc et de bleu, domine largement. Dans l’une des salles de cérémonie d’un hôtel chic de Yaoundé, un événement majeur doit avoir lieu dans le monde des télécommunications. On est le 19 juillet 2017. Assis au premier rang, un homme au crâne chauve et au visage irradié par un sourire permanent répond sans arrêt au téléphone. De temps en temps, Antoine Pamboro, le directeur général de Vodafone-Cameroon, serre quelques mains. Celles des journalistes et de ses collaborateurs, mais aussi celles des invités de marque et hautes personnalités bien connues du public. Au milieu du léger chahut, le silence qui s’installe soudain annonce l’arrivée d’une autre personnalité toute aussi importante. Il s’agit du directeur général de la Cameroon Telecommunications (Camtel), David Nkoto Emane. Devant les médias, Vodafone-Cameroun et l’opérateur « historique » des télécoms au Cameroun doivent signer un accord stratégique.
Exerçant uniquement dans les villes de Douala et Yaoundé, le fournisseur d’accès internet Vodafone-Cameroon veut s’étendre aux autres régions. Et pour ce faire, il a besoin de la technologie et des installations de Camtel. Les experts l’appellent le Mobile Virtual Netwok Operator. Il s’agit d’une technique qui permet à un opérateur d’utiliser les infrastructures de réseau mobile d’un autre opérateur pour étendre son propre réseau. Par ce partenariat, Vodafone-Cameroon veut se relancer sur un marché très concurrentiel en n’offrant uniquement la 4G LTE ; une connexion internet haut-débit rapidement adoptée par de nombreux utilisateurs en quelques semaines.
Cette suspension arrive ainsi au plus mauvais moment. D’ailleurs, après la publication du communiqué du 14 septembre dernier, les utilisateurs ont immédiatement marqué leur mécontentement. Certains menacent même d’entamer des poursuites judiciaires pour le préjudice subi. Les perturbations sur le réseau Vodafone avaient débuté quelques jours plus tôt, bien avant la déconnexion. Aucune explication n’a été donnée jusqu’ici. Mais des sources renseignent qu’il aurait été demandé à Camtel de cesser sa collaboration avec l’entreprise britannique. C’est ce qui serait à l’origine de l’instabilité du réseau. Qu’à cela ne tienne, Vodafone-Cameroon reste optimiste. Dans le même communiqué qui annule sa suspension, l’entreprise « rassure tous ses clients et partenaires affectés qu’elle met tout en œuvre pour restaurer le service dans les meilleurs délais possibles ». Le fournisseur d’accès internet qui a commencé à exercer au Cameroun depuis septembre 2016 emploie directement 116 personnes. Depuis son arrivée, 1055 autres emplois indirects ont été créés. Il a déjà versé à ce jour 3 milliards Fcfa à l’Etat du Cameroun, dont 2 milliards Fcfa de droits et taxes et 1 milliard Fcfa au titre de droit de régulation

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP