Samedi, 23 Septembre 2017
Accueil quotidien mutations economie Programme du Fmi:les inquiétudes du Gicam

Programme du Fmi:les inquiétudes du Gicam

26
- Publicité -

L’organisation patronale déplore l’absence de dialogue public/privé dans la formulation des ajustements qui accompagnent cet accord.
Par Lucien Bodo
Jusqu’ici c’était le silence. Peut-être le temps nécessaire à une analyse lucide de la situation. Mais depuis hier, l’on sait désormais quelle est la position du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) sur le dernier programme économique qui lie le Cameroun au Fond monétaire international (Fmi). Dans un communiqué signé de son nouveau président Célestin Tawamba, le Gicam apprécie d’abord à sa juste valeur cet effort du gouvernement visant à redresser la courbe dans un contexte économique marquée par une profonde crise dans la sous-région Afrique centrale.

Par contre, deux inquiétudes sont soulevées. Premièrement, le Gicam « s’émeut de l’implication insuffisante du secteur privé dans la formulation des nombreux engagements qui impacteront la vie et l’avenir de très nombreuses entreprises au Cameroun à court et à moyen terme ». Dans le sens de cet accord conclu le 27 juin dernier en effet, le Premier ministre avait adressé une lettre d’intention à l’institution de Bretton Woods.

Philemon Yang faisait part des engagements du Cameroun pour la gestion des 390 milliards de Fcfa de prêt sollicité. Le regret est donc celui de l’absence de consultation des acteurs du secteur privé dans cette démarche. Deuxièmement, l’organisation patronale s’inquiète de ce que le Cameroun ne doive supporter tout seul dans la sous-région le poids des ajustements qu’implique cette dette.

Mais passées ces inquiétudes, le Gicam fait plusieurs propositions. Au plan fiscal, il préconise notamment « la suppression de la retenue à la source, la définition, sur une base concertée, de la liste des produits qui seront exclus de l’exonération de Tva afin d’assurer la parfaite neutralité de cette taxe pour les entreprises concernées, l’institution d’un mécanisme paritaire de suivi participatif des régimes dérogatoires et la mise en place rapide et effective des zones économiques prévues par la législation sur les investissements ».

Ensuite, au plan douanier, il est suggéré de rationaliser et de simplifier les « dispositifs de vérification, de contrôle et/ou d’inspection des marchandises, dans une approche globale qui transcende et intègre des programmes spécifiques tels le « 100% scanning » et le Programme d’évaluation du contrôle des marchandises avant embarquement (Pecae) ».
Le Gicam suggère également une réforme du Code des marchés publics et formule d’autres propositions relatives à l’accès au foncier, la promotion des industries locales, la facilitation de l’accès aux financements des Pme et des start-ups, le renforcement du dialogue public/privé, ainsi que l’implication effective du patronat dans le suivi du programme.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP