Dimanche, 21 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations economie Financement du 4ème recensement de la population: perspectives incertaines

Financement du 4ème recensement de la population: perspectives incertaines

363
- Publicité -

Par Lucien Bodo

Annonce forte et empreinte d’optimisme. Le « dénombrement proprement dit s’effectuera entre novembre et décembre 2017 ». Ceci est l’autre information majeure de la deuxième session ordinaire du conseil national du 4ème Recensement général de la population et de l’habitat. Ce dénouement du processus au moteur enroué est en réalité précédé de 10 autres étapes. La première en tête de liste étant l’achèvement des travaux de la cartographie de terrain qui devraient s’achever dès la fin de ce mois d’août, d’après les prévisions. L’autre moment important c’est l’acquisition du matériel de collecte en lui-même. Il s’agit de 33 000 Smartphones et accessoires pour le dénombrement principal. Une dotation de 7,835 milliards de Fcfa venant du gouvernement est prévue pour effectuer les différentes tâches qui restent à accomplir. La Banque mondiale, d’après les responsables du ministère de l’Economie, de la Planification de l’Aménagement du territoire, devrait elle aussi apporter un soutien à hauteur de 3 milliards de Fcfa. La Banque africaine de développement y va de sa promesse d’un milliard de Fcfa.

L’optimisme du gouvernement tranche malheureusement avec l’étendue du chantier et les difficultés qui entravent le recensement. Le décret du chef de l’Etat a été signé en septembre 2015. Mais près de deux ans plus tard, l’on en est encore au stade de la cartographie censitaire. Difficile donc de convaincre l’opinion que ce qui n’a pas pu être fait en deux ans le sera en cinq mois. De plus, le problème de financements est loin d’être réglé. A l’issue des travaux d’hier à Yaoundé, le budget de ce quatrième recensement général de la population n’a pas été adopté. Des sources anonymes parlent de 28 milliards de Fcfa. Ce montant jugé trop élevé aurait été rejeté. Jusqu’à ce jour donc, difficile de savoir ce que va coûter cette opération.

Mais il est possible de faire des prévisions en considérant des données objectives. En 2005 –date du dernier recensement- il avait fallu débourser 8 milliards de Fcfa. A ce jour, le processus a intégré les nouvelles technologies avec les Smartphones à acheter. En prenant pour base le chiffre raisonnablement bas de 100 000 Fcfa la tablette, on obtient 3,3 milliards de Fcfa, soit un sous-total de 11,3 milliards de Fcfa. Mais ce chiffre est loin de la réalité si l’on prend l’exemple de la Côte-d’Ivoire. A l’issue du dernier recensement de 2014, la population ivoirienne était estimée à 23,11 millions de Fcfa. L’opération avait coûté 15 milliards de Fcfa. Un chiffre qui exclut les tablettes utilisées pour le dénombrement puisqu’elles avaient été offertes par le Fonds des Nations unies pour la population. La Banque mondiale évalue quant à elle la population du Cameroun à 23,3 millions de Fcfa contre 19,5 millions en 2005. Logiquement, on peut donc imaginer que le recensement au Cameroun pourrait valoir dans le strict minimum environ 18 milliards. De l’argent que le Cameroun n’a pas encore trouvé. Les tensions de trésorerie sont grandes.

PHOTO LOUIS PAUL MOTAZE

Légende : Louis Paul Motaze. Le défi de trouver les financements du 4ème recensement.

 

Petit encadré

Ce qui reste à accomplir

  • L’achèvement des travaux de la cartographie sur le terrain (août 2017)
  • Le traitement des données cartographiques et le production des cartes des zones de dénombrement (septembre 2017)
  • La réalisation du recensement pilote y compris l’enquête post censitaire pilote (juillet-septembre 2017)
  • L’acquisition des Smartphones et accessoires : 33 000 pour le dénombrement principal ainsi que des autres matériels (septembre 2017) ;
  • L’accueil de la 2ème vague des démographes et statisticiens pour la supervision des activités du dénombrement (août 2017) ;
  • L’organisation de l’atelier de mise à niveau des cadres (superviseurs techniques départementaux) de la coordination nationale (août 2017) ;
  • L’acheminement du matériel et des équipements/accessoires dans les chefs-lieux d’arrondissement (octobre 2017) ;
  • Le lancement de la campagne de sensibilisation sur l’ensemble du territoire national (dès septembre 2017) ;
  • La formation des contrôleurs (septembre 2017) ;
  • La formation des agents recenseurs et chefs d’équipe (octobre 2017) ;
  • Dénombrement proprement dit (novembre-décembre 2017).

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP