Vendredi, 25 Mai 2018
Accueil quotidien mutations culture Cannes 2017 :le cinéma africain absent…ou presque

Cannes 2017 :le cinéma africain absent…ou presque

366
- Publicité -
Canne 2017
Deux films maghrébins représenteront l’Afrique, dans une section parallèle, à la 70ème édition du festival cannois.   
Par Aïcha Nsangou
Le festival de Cannes démarre le 17 mai prochain dans la ville éponyme. Le grand rendez-vous du 7ème art en sera à sa 70ème édition. Jeudi dernier, la sélection officielle de cette nouvelle édition a été dévoilée au cours d’une conférence de presse. Ce sont au total dix-huit films en compétition pour la Palme d’or, qui sera remise à l’issue de la 70ème édition du festival de Cannes, le 28 mai. Comme l’année dernière, aucun film en provenance du continent noir n’est mis en compétition. Par contre, deux films provenant du Maghreb représenteront l’Afrique.
Dans la section «Un Certain regard», une catégorie dérivée de la sélection officielle qui met en avant le travail de réalisateurs moins connus, deux cinéastes tunisien et algérien sont présents. Il s’agit de Kaouther Ben Hania, qui concourt avec son film « La belle et la meute ». C’est en fait l’histoire d’une jeune femme violée à la suite d’un contrôle routier. Celle ci tente désespérément de poursuivre ses bourreaux. Kaouther Ben Hania, « Tanit d’or » lors du dernier festival de Carthage avec son film « Zaïneb n’aime pas la neige », avait été révélée au festival de Cannes, dans la section « Parallèle » avec «Le Challat de Tunis».  
L’Algérien Karim Moussaoui, pour sa part, représentera le continent avec son film « En Attendant les hirondelles ». Un long métrage qui raconte les histoires de trois personnages. D’abord un riche promoteur immobilier, ensuite un neurologue ambitieux rattrapé par son passé. Et enfin, une jeune femme tiraillée entre la raison et ses sentiments. Une sorte de regard sur l’Algérie contemporaine. Cette coproduction franco-germano-algérienne tournée en Algérie est le fruit d’une Résidence de la Cinéfondation de la 68ème édition du Festival de Cannes.

Partie remise

L’année dernière déjà, deux films du continent avaient participé au festival hors compétition et aussi dans les catégories « Un certain regard » et « Séance spéciale », où on avait vu des films tels que « Eshtebak » de l’Égyptien Mohamed Diab et « Hissen Habré, une tragédie tchadienne » de Mahamat-Saleh Haroun. Le court-métrage tunisien « La laine sur le dos » du réalisateur Lotfi Achour, faisait aussi partie de la sélection officielle du festival catégorie court-métrage. Pour cette nouvelle édition, les réalisateurs africains pourront toujours prendre part aux manifestations parallèles. Il s’agit de la Quinzaine des réalisateurs, la Semaine de la critique, etc.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP