Samedi, 28 Novembre 2020
Accueil quotidien mutations Filières industrielles:25 étudiantes s’imprègnent à Guinness Cameroun

Filières industrielles:25 étudiantes s’imprègnent à Guinness Cameroun

92
- Publicité -

Issues des universités et grandes écoles camerounaises, elles devront se familiariser aux métiers techniques.

 Par Wamba Sop

La promotion de la femme dans l’industrie au Cameroun semble être le crédo de l’entreprise brassicole Guinness Cameroun qui célèbre ses 50 ans de présence au Cameroun en 2020. On s’en convainc par le lancement officiel mercredi, 21 octobre à Douala, de son programme d’inclusion et de diversité. Une manière de prendre spécialement en compte  l’aspect genre dans la production industrielle nationale.

Une option encouragée par l’autorité administrative à Douala. Surtout qu’elle y perçoit des enjeux déterminants pour le développement du Cameroun. « Une femme qu’on envoie à l’école, c’est tout un ménage qu’on éduque », dicton repris au cours de la cérémonie par l’inspecteur général des services du gouverneur de la région du Littoral, Aboubakar Njikam. Le directeur général de Guinness Cameroun, Andrew Ross, à l’initiative dudit programme, s’est dit satisfait. Les vingt-cinq étudiantes retenues qui passeront six mois de stage à Guinness Cameroun, viennent de quatre universités et grandes écoles du pays. Il s’agit de l’Ecole nationale supérieure polytechnique de Yaoundé (Polytech), de l’Ecole nationale supérieure des sciences agro-alimentaires (Ensai) de Ngaoundéré, de l’Institut universitaire de technologie (Iut) de Douala et de l’Université catholique d’Afrique centrale (Ucac/ICam) de Yaoundé. Elles interviendront dans divers services : maintenance, transport et logistique, brassage, embouteillage et gouvernance. « C’est une très belle initiative. J’en suis très émue. J’ai été affectée au service de maintenance et je pense que c’est un challenge. On apprend chaque jour. Je donnerai le meilleur de moi-même pour être à la hauteur des attentes, étant donné que c’est compétitif. Je m’arrangerai à être parmi les meilleures », reconnaît Carine Manfouo, étudiante à l’Ucac/Icam.

Ces stagiaires ont été choisies sur la base du mérite et de la performance à l’école. « Spécifiquement, nous nous sommes concentrés sur l’aspect genre, parce que nous avons des faits. Notre entreprise a 400 personnes avec 25% de femmes en général. Mais, quand on se penche sur notre domaine de la production, nous n’en avons que 12%. Nous avons visité les deux dernières universités qui accueillent plus de 10 000 étudiants dont 40% de femmes », justifient Hervé Ngamaleu, directeur des ressources humaines de Guinness Cameroun. A croire que les jeunes filles ne tarderont pas à rejoindre davantage les filières techniques et industrielles dans les universités et écoles de formation.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP