Mercredi, 23 Mai 2018
Accueil quotidien mutations societe Examens officiels: les frais de correction toujours attendus

Examens officiels: les frais de correction toujours attendus

208
- Publicité -
frais de correction

Après la fin de cette étape, des enseignants attendent toujours leur paye des frais de correction des épreuves du Bac. Tout comme la réaction du ministre de l’enseignement Secondaire.

Par Mélanie Ambombo

«Les corrections du baccalauréat de l’enseignement secondaire général se sont achevées il y a près de deux semaines mais jusqu’à ce jour, les correcteurs n’ont toujours pas perçu les frais relatifs à cette tâche », s’indigne un enseignant sous anonymat. Les examinateurs sont aux abois. Ils attendent toujours la première partie de cette correction. Il s’agit d’environ 20.000 Fcfa à raison de 200Fcfa par copie [selon les jurys Ndlr]. Pour ces derniers cette situation reflète le manque de considération qu’on voue à leur endroit. Un autre enseignant s’insurge « qu’il s’agit d’une négligence pure et simple. Les textes de l’année scolaire qui s’achève ont été signés le 21 juin 2016 et cette échéance était prévue. Qu’on nous dise aujourd’hui que les finances n’ont pas d’argent pour nous payer est une insulte».

Toutefois, « Il n’y a véritablement pas de problèmes sur le payement des correcteurs. Au baccalauréat, ils refusent souvent de se faire payer par tranches. Ilst attendent leur argent en intégralité après la phase des délibérations », explique une source au ministère des Enseignements secondaires (Minesec).  Avis battu en brèche par un enseignant qui confesse : « il faut reconnaitre qu’il y a un véritable malaise cette année. Habituellement, les délibérations du baccalauréat sont convoquées deux jours après le début des corrections du Bepc mais cette année, la situation est différente», explique-t-il.

Les enseignants ainsi indignés menacent de boycotter les délibérations de cet examen dont la date reste encore inconnue (elles pourront être convoquées cette semaine apprend-on). «  Si nous parlons du boycott des délibérations du baccalauréat, c’est parce que même les frais du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) n’ont pas été payés dans la région du Centre ».  Il s’agit notamment des frais de surveillance qui s’élève à 3.000 Fcfa par jour en raison de 1500 Fcfa la mi-journée,  les frais de correction et ceux des délibérations.

Compte

Joint par téléphone, un responsable du Minesec explique : « c’est une situation qui se pose à la Trésorerie générale. C’est là-bas qu’il faut aller chercher la solution. On s’active pour résoudre le problème d’ici la fin de la semaine la situation peu changer tout le monde est à pied d’œuvre là-dessus. »

Ce n’est pas la première fois que des dysfonctionnements interviennent dans la correction du baccalauréat. L’an dernier, le même problème s’était posé. Et lors  de la conférence de presse en prélude au lancement de la session des examens officiels 2017, le directeur de l’Office du baccalauréat Zacharie Mbatsogo avait  annoncé que des dispositions ont été prises pour éviter ce problème. « Pour éviter ce problème, nous avons signé l’appel de fonds au mois de janvier.

Malheureusement, la disponibilité de notre subvention dans le compte n’a pas été possible avant une certaine date. En début avril, on nous a signalés l’approvisionnement de notre compte et le 13 avril, nous avons procédé à l’appel des fonds. Je ne peux pas répondre avec exactitude s’il y aura réclamations ou pas. Mais nous pouvons vous rassurer que nos comptes sont appropriés », avait alors indiqué le directeur de l’Obc.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP