Lundi, 20 Mai 2019
Accueil quotidien mutations education Emmanuel Nkunke Ngouaba: « Le téléphone portable et les réseaux sociaux représentent de gros pièges à la veille des compositions »

Emmanuel Nkunke Ngouaba: « Le téléphone portable et les réseaux sociaux représentent de gros pièges à la veille des compositions »

122
- Publicité -

Inspecteur pédagogique national en charge des mathématiques et analyste de l’éducation, il donne des conseils aux élèves pour bien préparer les examens officiels.

Par Blaise Djouokep

Y a-t-il une différence pour un élève entre la manière de préparer un examen officiel et celle de préparer un examen de passage en classe supérieure ?

Un examen de passage en classe supérieure met en compétition les élèves d’une classe ou d’un niveau dans un établissement donné, les épreuves sont proposées par l’enseignant de l’élève. Ce n’est pas le cas pour un examen officiel. La différence réside d’abord au plan psychologique. Le candidat à un examen officiel doit se préparer à composer hors de son cadre habituel. Il doit être préparé à traiter des épreuves qui ne sont pas proposées par son enseignant. En outre, au plan pédagogique, alors que la préparation d’un examen de passage nécessite de simples révisions, celle d’un examen officiel requiert beaucoup plus de travail, de méthode, de temps et de concentration.

Comment doit se faire la préparation par un élève en classe d’examen ?

Il y’a pas de recette miracle ou de médicament magique à prescrire à un élève qui prépare un examen ou un concours officiel. Toutefois, les spécialistes s’accordent sur deux principes généraux : les actions à mener (revoir l’ensemble des matières, privilégier une approche de révisions globale, se tester à travers des anciennes épreuves…), et les attitudes à adopter (estimer le temps de révisions et bien gérer ce temps, avoir confiance en soi, bien dormir…).

Sur le plan pédagogique et psychologique, comment doit-il se comporter ?

Au plan pédagogique, la préparation d’un examen officiel repose sur trois principaux piliers:

a) l’élaboration et le respect d’un emploi de temps personnel de révisions qui comporte des heures d’étude individuelle, des travaux en groupes, des séances de soutien dirigées par un adulte (parent ou répétiteur), des moments de détente, de repos, de sommeil… Après 3 h d’études par exemple, une pause de 15 min de récréation ou de marche peut s’avérer bénéfique pour le corps et le système nerveux;

b) le traitement de quelques anciennes épreuves. Ce travail peut se faire individuellement ou en groupes. A cet effet, je suggère aux élèves de traiter ces épreuves dans les conditions d’examen (respect de la durée officielle, absence de documents, surveillance, si possible) ;

c) l’adoption d’attitudes positives au plan psychologique.

Sur le plan psychologique, les spécialistes recommandent d’être bien motivé, d’avoir confiance e, soi, de bien gérer son temps, bien dormir, se reposer, manger sain et équilibré.

Quels sont les pièges et les attitudes à éviter ?

Pour une bonne préparation d’un examen officiel, il faut éviter le doute, le bourrage de crâne, la consommation de certains produits existants tel que du café, les distractions inutiles, les sorties intempestives, l’usage excessif des Tic (téléphone portable, réseaux sociaux…). Le téléphone portable et les réseaux sociaux représentent actuellement de gros pièges pour les élèves qui préparent les examens officiels.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

0

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP