Lundi, 20 Mai 2019
Accueil quotidien mutations politique Gabon:Emmanuel Issoze Ngondet décline les missions de son gouvernement de 38 membres

Gabon:Emmanuel Issoze Ngondet décline les missions de son gouvernement de 38 membres

745
- Publicité -
Emmanuel Issoze Ngondet
Mettre en musique les actes du dialogue, prendre langue avec les partenaires sociaux et relancer l’économie gabonaise sont les  objectis assignés à la nouvelle équipe.
Alain Georges Banassoubek à Libreville
Emmanuel Issoze Ngondet, au lendemain du remaniement ministériel, a donné une conférence de presse pour préciser la feuille de route du nouveau gouvernement et justifier ses choix.Attendu depuis la fin du dialogue politique, le nouveau gouvernement gabonais s’incrit résolument en droite ligne de ce conclave politique entre la majorité et une certaine opposition.
En effet, l’article 256 des Actes stipulait la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale avec  naturellement l’entrée des acteurs politiques ayant pris part aux assises d’Angondjé. « L’obligation d’intégration des nouvelles forces politiques et l’obligation de demeurer ferme dans l’esprit de l’auto ajustement que commande la situation économique que nous connaissons tous », a expliqué  Issozé Ngondet.
Le nouveau gouvernement compte 38 membres : un savant dosage entre la majorité , l’opposition et la socité civile. Ainsi, la majorité présidentielle se taille la part du lion avec 27 portefeuilles contre 7 pour l’opposition et 3 pour la société civile.
Ce  gouvernement, dit d’ouverture,  compte des leaders de l’opposition ayant pris une part active lors du dialogue politique. Il s’agit de Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti social démocrate (PSD). Il décroche la timbale par le poste prestigieux de vice –président de la république. Un poste resté vacant depuis 2008. René Ndemezo’o Obiang du parti politique denomme « Démocratie nouvelle », a obtenu le porte feuille du Conseil économique et social. Il  l’ancien directeur de campagne de Jean Ping lors de la dernière élection présidentielle. Sur ce coup, le chef du gouvernement a avoué la complexité et la délicatesse de sa tâche. « La politique comme l’économie est fluctuante », a-t-il martelé.
Les missions de la nouvlle équipe gouvernementale ont été déclinées » dans le but  de sortir le pays de la crise politique post-électorale », apprend on.  Sur le plan social, il s’agit pour le gouvernement de juguler les nombreuses grèves qui paralysent les administrations publiques. A cet effet, il faudra négocier une trêve sociale avec les partenaires sociaux. Dans un contexte économique difficile lié à la chute des cours des matières premières  qui a conduit le pays a signé avec le FMI un programme économique et financier dans le cadre de la facilité élargie de crédit. Le Premier ministre a insisté sur la necessité de mettre en exécution le plan  de relance de l’économie gabonaise.
                                                            

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

0

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP