Dimanche, 19 Novembre 2017
Accueil quotidien mutations societe Election à la Croix-Rouge camerounaise: cinq candidats, un fauteuil

Election à la Croix-Rouge camerounaise: cinq candidats, un fauteuil

75
- Publicité -
Croix-Rouge camerounaise

Le vote du nouveau président de la Croix-Rouge camerounaise qui déroule ce lundi pmettra un terme aux batailles qui ont émaillé le processus électoral.
Par Aïcha Nsangou
Le  jeudi 17 août, l’ambiance est celle des jours ordinaires au siège de la Croix-Rouge camerounaise à Yaoundé. Aucun signe ne laisse présager qu’il s’écrira dans ces locaux, le 21 août prochain, une nouvelle page de l’histoire de la Croix-Rouge camerounaise. Celle de l’élection du nouveau président de ce mouvement humanitaire, après le décès le 26 octobre 2016 de William Aurélien Eteki Mboumoua.

Sur le babillard installé au hall du bâtiment, on peut tout de même glaner quelques informations. La liste des 58 présidents des comités départementaux qui devront
procéder au vote du nouveau président de ce mouvement est affichée. L’arrivée de ces derniers dans la ville de Yaoundé est d’ailleurs prévue pour dimanche prochain. Sur
le babillard, le communiqué signé le 31 juillet dernier par André Mama Fouda, ministre de la Santé publique, par ailleurs président de la commission électorale ad-hoc à l’élection du président de la Croix-Rouge camerounaise, énumérant les noms des candidats retenus pour l’élection est également affiché.

Ce sont : Abdousalam Mahaman, Mendomo Cécile Léonie épouse Akame Mfoumou, Roger Feutse, Marie Madeleine Fegue Melingui épouse Fouda, Ousmanou Dawaye et Ebenezer Peh Peh. Mais lundi prochain, ils ne seront que cinq en lice, étant donné qu’Ousmanou Dawaye est décédé il y a quelques jours. A la cellule de communication de cette institution, l’on rassure. Il ne reste plus que les derniers réglages.
Cette élection sera alors l’épilogue de batailles en sourdine qui ont eu cours dans cette institution depuis le décès de William Aurélien Eteki Mboumoua. « Nous sommes autant surpris que vous des remous que suscite les élections au sein de la Croix-Rouge. Cela peut aussi se comprendre : à l’époque de l’ancien président, l’élection se faisait par acclamation.

Maintenant qu’il n’est plus là, le contexte est différent. Tout le monde croit avoir une chance de gagner», affirme Mireille Aurélie Sengue Titi, directrice de la communication et de la promotion des valeurs humanitaires à la Croix-Rouge ca-
merounaise. Au commencement était le dépôt d’une quinzaine de candidatures au prestigieux poste de président. Puis, il y a eu des invalidations, même si plusieurs d’entre-elles restent inéligibles au sens de certains acteurs du processus, du fait par exemple du défaut de cartes de membre pour certains, lorsqu’elles ne sont pas invalides. Ensuite, des reports de l’assemblée générale.

Convoitises

Mais il en fallait bien plus pour décourager Roger Feutse, président du comité départemental de la Croix-Rouge dans le Mfoundi et candidat au poste de président de ce mouvement humanitaire. Il ne sait pas ce qui attire autant de convoitises autour de cette institution, mais il affirme que depuis le décès de William Eteki Mboumoua, la gestion de la Croix-Rouge est «calamiteuse». Et c’est avec cette gestion qu’il veut en finir, en proposant sa candidature comme président. Des projets, il en a déjà plein la tête et convoque ses actions comme président départemental pour soutenir
sa candidature.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP