Vendredi, 19 Janvier 2018
Accueil quotidien mutations societe Eglise catholique au Cameroun:une longue tradition de morts suspectes

Eglise catholique au Cameroun:une longue tradition de morts suspectes

184
- Publicité -

Dans la plupart des cas, la lumière n’a jamais été faite sur les assassinats de certains religieux.

Par Lucien Bodo

Epais brouillard macabre autour des tragédies qu’a connues l’Eglise catholique au Cameroun. Derrière les assassinats de religieux, les commanditaires n’ont presque jamais été inquiétés. La liste, bien longue de ces morts suspectes, comprend des noms célèbres et d’autres peu connus.

Le père jésuite Engelbert Mveng : il est retrouvé mort dans sa chambre avec une profonde blessure à la tête, le 23 avril 1995. Des sources indiquent également qu’il aurait été étranglé. Rien n’a été emporté de sa chambre et l’enquête n’a jamais livré ses résultats.

Abbé Joseph Mbassi : rédacteur-en-chef du journal L’Effort camerounais, il est retrouvé mutilé dans sa chambre à Mvolyé, au siège de la Conférence épiscopale le 25 octobre 1988.

Mgr Yves Plumey : archevêque émérite de Garoua, il a été assassiné à Ngaoundéré dans la nuit du 03 septembre 1991, dans des circonstances demeurées mystérieuses jusqu’à ce jour.

Mgr Jean Kounou : ordonné prêtre en 1941, il est le curé de Ngomedzap de 1959 à 1979. Il est retrouvé assassiné en 1982, en même temps que l’Abbé Materne Bikoa, témoin inopportun. L’un des deux meurtriers était le cuisinier.

Les sœurs Germaine Marie Husband et Marie Léonne Bordy: responsables du dispensaire de la mission catholique de Djoum, ces deux religieuses de la Congrégation du Sacré-Cœur ont été tuées le 02 août 1992 dans leur résidence. Le jardinier de la paroisse a été jugé coupable du double homicide et condamné à la peine capitale.

Abbé Apollinaire Claude Ndi : il était curé de Nkol-Tob par Awaé. Il fût assassiné à Yaoundé dans la nuit du 20 au 21 avril 2001 à Nkolndongo. Son meurtrier n’a jamais été retrouvé.

Abbé Barnabé Zambo : curé de Mbang, dans l’archidiocèse de Bertoua, il trouve la mort le 24 mars 1989, dans des conditions jamais élucidées.

Frère Yves Marie-Dominique Lescanne : fondateur du foyer de l’Espérance de Yaoundé, il décède dans la nuit du 29 au 30 juin à Maroua. Des sources indiquent qu’il aurait été tué par l’un des jeunes qu’il avait aidé à sortir de la rue.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP