Mercredi, 23 Mai 2018
Accueil quotidien mutations sante Le Cameroun enregistre 6.000 bébés drépanocytaires chaque année

Le Cameroun enregistre 6.000 bébés drépanocytaires chaque année

373
- Publicité -
Enfants drépanocytaires
Au moins la moitié de patients drépanocytaires décèdent avant l’âge de 5 ans de cette pathologie évitable par la connaissance de l’électrophorèse de l’hémoglobine.
Par Marthe Ndiang
Au Cameroun, 6.000 bébés naissent drépanocytaires chaque année. Soit jusqu’à 2% des nouveau-nés souffrent de cette maladie au Cameroun. Même si le taux de prévalence fait encore défaut, l’on apprend du Dr Charlotte Eposse Manguele, pédiatre, que près de deux millions de drépanocytaires vivent au Cameroun. Et cette responsable du Centre intégré de prise en charge de la drépanocytose à l’Hôpital Laquintinie de Douala (Hld) d’affirmer que « la drépanocytose est un problème de santé publique au Cameroun ». Pourtant, elle est « classée parmi les maladies négligées, un peu orpheline.
Tableau
Or, elle nous concerne tous », note le Dr Ida Penda, pédiatre à l’hôpital Laquintinie de Douala. Maladie génétique et héréditaire due à une anomalie de l’hémoglobine, elle se manifeste par des crises douloureuses pouvant affecter les pieds, les mains, le thorax, l’abdomen…, indiquent des médecins au cours de la conférence scientifique organisée sur cette pathologie jeudi dernier à l’Hôpital Laquintinie de Douala.

Dépistage tardif

Au cours de cette rencontre, l’on apprend également du Dr Erero F. Njiengwé, psychopathologue et psychologue clinicien, que « le dépistage et le diagnostique chez nous est souvent tardif. Et de ce fait, la prise en charge est tardive ». Conséquence : « 50 à 70% d’enfants drépanocytaires meurent avant l’âge de 5 ans,  à défaut d’un dépistage précoce et d’une prise en charge correcte qui permettent une diminution maximale de la mortalité et de la morbidité », apprend-on. Seulement, au-delà du dépistage et de la prise en charge précoces, les médecins prescrivent la prévention. Car, « la prévention est au centre de toutes les stratégies au long terme.
Tf1
Ce n’est pas réaliste de concevoir la lutte contre la drépanocytose en dehors de la prévention », soutient le Dr Njiengwé. Tous les couples ayant l’ambition de procréer doivent donc se soumettre au test de l’électrophorèse de l’hémoglobine.
 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP