Dimanche, 8 December 2019
Accueil quotidien mutations societe Douala:Ambiance dans les cabinets d’avocats

Douala:Ambiance dans les cabinets d’avocats

168
- Publicité -

En l’absence de certains pour diverses raisons, d’autres continuent de conseiller et de suivre les dossiers de leurs clients.
Par Blaise Djouokep
Assis derrière son bureau au quartier Akwa à Douala, Me Emmanuel Pensy a la tête plongée dans le dossier d’un justiciable, ouvert devant lui. Visiblement très occupé, l’avocat avoue ne pas avoir de répit malgré la grève lancée par l’Ordre national des avocats au barreau du Cameroun et qui se traduit par l’absence des avocats dans les tribunaux depuis lundi dernier, 16 septembre 2019. « Le suivi des clients continue et se fait par le traitement de leurs dossiers », explique le conseil avant de poursuivre. « On fait des conclusions à la Cour Suprême, on fait des recherches, on envoie des dossiers à la Cour suprême par Dhl et on reçoit un reçu de la juridiction confirmant la réception des dossiers. Nous recevons nos clients à qui on donne des conseils », liste t-il.
Le travail est également studieux dans le cabinet de Me Nzonkouo. « Notre cabinet fonctionne normalement. Vous êtes sans savoir que le métier d’avocat a deux volets : Celui de conseil et celui de défense. Le pan relatif au conseil se déroule pratiquement en cabinet. C’est celui de défense qui se déroule au palais de justice », explique l’avocat d’après qui « certains avocats passent une année sans mettre les pieds au palais de justice, mais gagnent décemment leur vie ». Cependant, dans plusieurs cabinets d’avocats visités par le reporter, les conseils sont absents. Seuls leurs associés et les secrétaires sont présents. « Seuls les justiciables dont les affaires devaient passer au tribunal cette semaine viennent au cabinet nous demander comment ils vont faire ; quelle est la suite réservée à leur dossier », informe une secrétaire dans un cabinet d’avocat.
D’après les avocats, le travail se déroule normalement. Et parfois sous la pression des justiciables. « Les clients ne comprennent pas toujours le bien fondé de la grève que nous menons et nous demandent de faire avancer leurs dossiers », explique un avocat. «Un client a voulu qu’on aille faire une demande au parquet dans le cadre de son affaire. J’ai refusé », développe Me Emmanuel Pensy d’après qui les dossiers peuvent difficilement avancer au tribunal en l’absence des avocats. « En l’absence des avocats, les décisions de justice ne peuvent pas être rendues par les magistrats », explique t-il.
« Les délibérés sont systématiquement rabattus. Les juges procèdent juste au renvoi des affaires à une date ultérieure », apprend-on, d’un autre avocat d’après qui, même si les justiciables paient le lourd tribut de cette grève, la suspension du port de la robe a pour but de dénoncer les entraves à l’exercice de leur profession afin d’en améliorer la pratique pour le bien des justiciables et des avocats.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP