Dimanche, 17 Juin 2018
Accueil quotidien mutations sante Diabète de type 1:le désespoir de 695 enfants malades

Diabète de type 1:le désespoir de 695 enfants malades

248
- Publicité -

Ces enfants souffrant du diabète de type 1 bénéficient de la gratuité du traitement grâce au programme du laboratoire Novo Nordisk qui s’achève cette année.

Par Paulette Ndong

2010-2017, sept ans déjà. Que les années passent vite ! Le programme de prise en charge gratuite du diabète chez les jeunes de moins de 21 ans, connu sous le slogan «Améliorer les opportunités pour les enfants vivant avec le diabète de type 1» du laboratoire Novo Nordisk tire à sa fin. A l’approche de l’échéance, parents et professionnels de la santé sont confus. Ils ne savent pas encore si le gouvernement camerounais va prendre le relais.  Un parent renseigne que «Jusqu’à présent, le ministre de la Santé publique ne s’est pas encore prononcé à ce sujet»

Diabète

glycémie > 3 g/l. poids normal. le diabète type 2. > 50 ans. installation lente. asymptomatique, insidieux. hyperglycémie modérée. surpoids, obésité.

Parce que grâce à ce programme, les soins des patients diabétiques du type 1 se sont améliorés. A en croire les responsables de ce laboratoire, 695 enfants ont été pris en charge gratuitement. Le « soutien de ce laboratoire nous a permis en sept ans de réduire la mortalité de 80% par an à 10%», affirmait le diabétologue Dr Mesmin Dehayem. Celui-ci a entretenu la presse en avril dernier à Yaoundé, en marge du troisième congrès africain sur le diabète.

Au cours de ces sept années, neuf cliniques ont été construites. Celles-ci continuent d’ailleurs de faciliter l’enrôlement immédiat des patients diagnostiqués. Selon des spécialistes, lesdites cellules de diagnostic et de suivi sont également fréquentées par des malades adultes. Et pour rendre plus fiables les résultats, 700 personnels de santé ont été capacités.

Diabétologie

Il «est arrivé que le personnel soignant ne pose pas le bon diagnostic», renseigne Pr Jean-Claude Mbanya . Ce diagnostic biaisé favorisait la survenue des complications de cette pathologie (type 1) qui atteint majoritairement les enfants et les adolescents. «C’est un véritable problème de santé publique», informent les spécialistes. La maladie peut être héréditaire ou survenir après une pathologie qui affecte le pancréas.

Cependant, il est possible de la reconnaître par des signes suspects, tels qu’uriner à intervalles rapprochés, être déshydraté, avoir régulièrement soif et maigrir sans cause apparente. Le diabétologue Mesmin Dehayem conseille: «Dès que vous constatez que votre enfant présente ces signes, il faut le faire consulter». Contrairement aux adultes, il ne peut se prévenir qu’avec une bonne hygiène de vie ou une activité physique régulière. Son traitement se prend à vie. Le sujet est donc insulinodépendant.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP