Jeudi, 12 December 2019
Accueil quotidien mutations edito Devoir de mémoire

Devoir de mémoire

502
- Publicité -

L’évocation des évènements du 6 avril 1984 est douloureuse à bien des égards et pour bien de personnes.

Par Georges Alain Boyomo

Elle est susceptible de rouvrir des blessures déjà cicatrisées et nourrir le sentiment de vengeance qui anime malheureusement encore certains Camerounais, lesquels estiment à tort ou à raison que leurs « frères » ascendants ont été victimes d’une chasse aux sorcières, passée par pertes et profits par la justice des vainqueurs.

Mais il ne faut guère perdre de vue que l’intérêt national prime sur les intérêts individuels. 35 ans après le putsch manqué, le devoir de mémoire nous impose une halte. Un temps d’arrêt avec en toile de fond, une question : que faire pour qu’une telle occurrence ne se reproduise ?

Sur le plan strictement militaire, le colonel Clément Mboussi Onana- dans son livre « 6 avril 1984, autopsie d’un échec »- et, avant lui, d’autres acteurs des évènements d’avril 1984, a esquissé des pistes de solutions, dont certaines sont implémentées ou en voie de l’être. Parmi ces pistes, l’on peut citer le renforcement et la professionnalisation des services de renseignement, la fin de l’ethnicisation des unités de l’armée et la redéfinition de la place de la Garde présidentielle au sein de la « grande muette ».

Sur un plan plus global, la loi d’amnistie du 17 janvier 1991 a consacré le pardon de la République vis-à-vis de tous ceux qui étaient dans les liens de la justice en rapport avec le putsch manqué de 1984. Cette loi prévoyait notamment la restitution des biens de ceux à qui ils avaient été confisqués. Réhabilitées, des personnalités ayant fait l’objet de condamnations siègent aujourd’hui au gouvernement, au sénat et dans d’autres hautes sphères de l’Etat. Certaines susurrent que la page noire a été tournée, mais pas déchirée. Cherchez la nuance !

A l’évidence, la réconciliation nationale n’est pas allée jusqu’au bout. Le non rapatriement de la dépouille de Ahmadou Ahidjo, présenté comme le cerveau de la tentative de renversement de son successeur constitutionnel, porte un sérieux coup sur le volontarisme affiché par le pouvoir depuis 1991. Au demeurant, tant que le premier président de la République du Cameroun reposera à Dakar, au Sénégal, la symphonie de l’apaisement restera inachevée.

Le débat sur qui de la famille ou l’Etat doit prendre les devants pour rapatrier les restes de Ahidjo n’a pas de sens, puisque l’illustre défunt est un patrimoine national et non plus simplement familial… Et qu’on le veuille ou non, à cause des atermoiements, cette situation reste un boulet dans la gestion de notre vivre-ensemble.

Des atermoiements, il y en a, hélas, toujours dans la manière avec laquelle des questions vitales sont gérées au Cameroun et ceux-ci peuvent s’avérer, à la longue, explosifs. La crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en est un exemple. Pour avoir ignoré et sous-estimé les alertes sur le malaise anglophone, l’ordre gouvernant est aujourd’hui en butte à une hydre de révolte et d’insécurité qui endeuille les familles au quotidien, compromet le développement économique du pays et menace la cohésion nationale.

Gouverner, c’est prévoir. Dans le contexte actuel de pré-transition politique, faire l’autruche face à la montée du repli identitaire, à la redistribution inéquitable de la richesse nationale et au flou dans l’organisation de la dévolution du pouvoir, n’est pas le gage d’un avenir serein et maîtrisé. 35 ans après le 06 avril 1984, le devoir de mémoire doit impérativement faire corps avec le devoir d’anticipation.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP