Vendredi, 25 Mai 2018
Accueil quotidien mutations sante La gestion des déchets hospitaliers est toujours calamiteuse

La gestion des déchets hospitaliers est toujours calamiteuse

255
- Publicité -

L’insuffisance des structures adéquates pour l’évacuation ou les traitement des déchets hospitaliers est criarde.
Par Adrienne Engono Moussang avec Jonathan Peillath (stagiaire
En face des urgences de Messa, non loin du mur de la barrière de l’ancienne morgue de l’hôpital Central de Yaoundé, un bac à ordures. Comme bien d’autres, celui-ci est visité par des fouilleurs qui y gagnent leur pitance grâce à la vente des objets récupérés ici. 
Cependant la fouille se fait sans aucune précaution (gants par exemple) ni cache-nez pour se protéger contre les mauvaises odeurs que dégage le bac à ordures. Or, signale une source à l’hôpital Central de Yaoundé : « Les déchets hospitaliers constituent un danger pour ces fouilleurs. Ils imposent un traitement particulier.» « Cette poubelle doit normalement recevoir les déchets solides ménagers. Les déchets solides, liquides et gazeux, parce que contaminants, sont en principe incinérés à l’hôpital tard la nuit », ajoute cet interlocuteur qui a souhaité s’exprimer sous le seau de l’anonymat.  
Certains médecins interrogés reconnaissent que ce bac contient non seulement les déchets ménagers mais aussi les déchets hospitaliers. Par conséquent le risque de contamination ou encore d’infection est grand pour les fouilleurs. La fréquentation constante de ce bac, réaffirment les médecins, peut non seulement contaminer mais aussi causer des maladies du système respiratoire. Des maladies responsables chaque année de 4 millions de décès dans le monde, révèle les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (Oms). 
Un agent de la société Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam) surpris en train de vider ledit bac explique pourquoi il prend tant de précautions pendant son travail : « On trouve ici  des seringues, des aiguilles et des poches de sang humain. Il nous arrive même de trouver des parties du corps déposées ici.»  Il ne manque pas de confier que ce bac à ordures est souvent très redouté par la plupart des éboueurs de Hysacam.  
« Les déchets hospitaliers ont un impact assez vaste. Non seulement ils ont  une nature infectieuse et dangereuse,  mais ils impactent aussi l’environnement en détruisant la faune et la flore. En effet, les produits chimiques peuvent provenir des laboratoires des hôpitaux, certains déchets comme des plastiques ou des produits pharmaceutiques qui n’ont pas été utilisés provenir également des hôpitaux », alerte Lemnyuy Albun William Banye , sous-directeur de la gestion des déchets des produits chimiques toxiques et dangereux au ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP