Mardi, 11 December 2018
Accueil quotidien mutations societe Acerac: les évêques sont choqués du décès de Mgr Bala

Acerac: les évêques sont choqués du décès de Mgr Bala

383
- Publicité -
Mgr Bala

Ils encouragent par ailleurs les démarches pour faire jaillir la vérité sur cette mort tragique de Mgr Bala

Par Marguerite Papana

Encore un rebondissement dans la désormais «Affaire Mgr Jean Marie Benoît Bala». Adressée à l’administrateur apostolique du diocèse de Bafia, Abraham Kome, une
note cosignée du directeur de la police judiciaire, le commissaire divisionnaire
Jacques Dili et du chef du service central des recherches judicaires, le lieutenant-colonel Serge Aleokol Kaolé, invite le clergé catholique à retirer le corps de l’ancien évêque de Bafia, décédé. «Par la présente, nous tenons à vous le rappeler et vous invitons en conséquence, à bien vouloir prendre les dispositions qui s’imposent pour le retrait de ce corps», peut-on lire sur cette correspondance.
Une procédure qui semble avoir été entendue. Selon une source ayant requis l’anonymat, l’Eglise compte rentrer en possession de la dépouille du prélat ce jour.
La note de samedi revient également sur le communiqué de presse du procureur général près la cour d’appel du Centre Jean Fils Ntamack, rendu public le 04 juillet dernier. Celui-ci annonçait que le corps avait été remis aux autorités de l’Eglise catholique aux fins d’inhumation.
«Les constatations médico-légales étant achevées, le corps de Mgr Jean Marie Benoît Bala a été remis ce jour aux autorités de l’Eglise catholique aux fins d’inhumation», indiquait le communiqué. Cette communication signalait également que le corps du prélat ne présentait aucun signe de violence et que la cause la plus probable du décès était la noyade.

Église catholique

Une version que l’Eglise catholique n’a pas laissé courir longtemps. Dans une communication du 10 juillet de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc), les évêques affirmaient n’avoir pas reçu le corps de l’ancien évêque de Bafia. «Les autorités de l’Eglise catholique n’ont pas reçu le corps de Mgr Jean Marie Benoît Bala. Elles attendent que ce soit fait après identification de la dépouille», faisait savoir ledit communiqué.
De même, les évêques ont profité de ce communiqué pour maintenir leur déclaration du 13 juin. Pour eux Mgr Jean Marie Benoît Bala a été
assassiné, car le corps du prélat qu’ils ont vu portait bel et bien des traces de violence. Par ailleurs, les prélats du Cameroun s’indignaient d’être informés par voie de presse du communiqué du procureur général près la cour d’appel du Centre, alors qu’ils attendaient les conclusions de l’autopsie datant du 02 juin

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP