Dimanche, 9 December 2018
Accueil quotidien mutations Curiosité:Patrice Nganang porté disparu

Curiosité:Patrice Nganang porté disparu

344
- Publicité -

L’écrivain et activiste aurait été débarqué de son avion mercredi dernier à Douala, alors qu’il se rendait au Zimbabwe.

Par Blaise Djouokep

Patrice Nganang est  introuvable depuis mardi soir. L’information a fait le tour des ré-
seaux sociaux hier. Même si les circonstances de sa disparition ne sont pas claires,
ses proches semblent s’accorder à dire qu’il a été happé au moment où il s’apprêtait à
quitter le Cameroun pour le Zimbabwe. « Avant-hier, on devait se voir à Nkongmondo.
Mais, il m’a appelé pour me demander de le retrouver plutôt à l’hôpital de district de New-Bell à Douala où il remettait des dons. Je m’y suis rendu.

Lorsqu’on se sépare, il est question qu’il aille prendre son vol pour le Zimbabwe. L’atterrissage était prévu à 23h45. Peu à près 23h45, son épouse m’appelle pour me dire que son vol a bien atterri, mais qu’il n’y était pas. Après recoupement, on
nous informe qu’il a été débarqué par la police de l’avion Kenya Airways dans lequel il se trouvait déjà et remis à la Direction de la surveillance du territoire (Dst) », explique, un proche de l’écrivain, sous le couvert de l’anonymat. D’après Gérard Kuissu, sur sa page Facebook, l’auteur de «Temps de chien » a été transféré à Yaoundé, où il serait détenu au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed). Plusieurs de ses proches s’accordent à dire que ses positions vis-à-vis du président de la Ré-
publique, Paul Biya, seraient à l’origine de ses turpitudes. « Je pense qu’il lui est reproché ses positions face au régime actuel et ses sorties médiatiques sur la crise anglophone.

Mais, je pense que la raison pour laquelle il a été interpellé, c’est parce qu’il a publié un carnet de route dans le journal Jeune Afrique cette semaine, dans lequel il dit que la solution à la crise anglophone réside dans le départ de Paul Biya », ajoute le même proche. Dans ledit carnet de route, l’écrivain dénonce les mesures prises par le chef de l’Etat camerounais de combattre militairement les fauteurs de trouble dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Il revient également sur le communiqué controversé portant la signature du préfet de la Manyu à Mamfe, ordonnant aux populations de cette zone d’évacuer 15 villages, faute de quoi elles seraient
considérées comme des « Ambazoniens ».

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP