Mardi, 14 Août 2018
Accueil quotidien mutations societe Crise anglophone:Emeutes à Kumbo, une ville du Cameroun

Crise anglophone:Emeutes à Kumbo, une ville du Cameroun

302
- Publicité -
Kumbo

Le chef-lieu du Bui a connu le 5 septembre dernier des actes de violence qui ont entrainé un mort, selon un communiqué du ministre de la Defense.

Par Georges Parfait Owoundi

Un mort, des blessés – dont le préfet du Bui Simon Emile Mooh – et des dégâts matériels énormes. C’est le bilan officiel des émeutes ayant émaillé la localité de Kumbo, chef-lieu du département du Bui, région du Nord-Ouest. En cette journée du 04 septembre marquant la rentrée scolaire sur l’étendue du territoire ca-
merounais, la ville de Kumbo a été plongée dans des manifestations violentes et meurtrières. Un mort sur le carreau, désigné comme étant le jeune Cyprian, victime d’une balle tiré par un élément des forces de l’ordre.

Selon des témoignages, une patrouille de gendarmes, avec à sa tête le commandant de compagnie de Kumbo, s’est rendue à Kifem. Une localité proche de la ville de Kumbo. La mission officielle de cette patrouille est la recherche de drogue (chanvre indien) qui se trafiquerait dans le coin. L’opération donnera lieu à des «exactions» selon la population. Les gendarmes vont utiliser du gaz lacrymogène. La population,
dans sa riposte, va elle aussi jeter des pierres. Sur ces entrefaites, un tir à balle réelle fera une victime et provoquera des représailles de la population.Les heurts vont se poursuivre jusque dans la ville de Kumbo.

Excès

Selon des sources proches du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, les manifestants ont mis le feu sur plusieurs bâtiments administratifs et hissé un drapeau inconnu. La ville se retrouve très rapidement
envahie par des manifestants qui cassent et brûlent. La réaction des autorités de Yaoundé est immédiate. Le commandant de compagnie de Kumbo est suspendu et remplacé par son adjoint, selon un communiqué du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense. Le haut commandement militaire dit attendre l’issue des enquêtes pour faire le point exact de ce qui s’est réellement passé.

Des témoignages recueillis sur place font cependant état de « l’excès de zèle » du commandant en question dans l’exercice de ses fonctions. En outre, le gouvernement s’est empressé de présenter ses condoléances à la famille du jeune homme décédé. Des renforts en provenance de Jakiri, une localité non loin de Kumbo, ont été dépêchés à Kumbo pour un retour au calme. Le préfet blessé a été pris en charge à
l’hôpital de la garnison militaire du chef-lieu du département du Bui. Toutefois, contrairement aux premières informations qui ont été relayées, les heurts d’hier n’avaient aucun rapport avec la rentrée scolaire.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP