Mercredi, 12 December 2018
Accueil quotidien mutations societe Recommandations: le dialogue comme solution

Recommandations: le dialogue comme solution

397
- Publicité -
Samuel Kleda

Selon les prélats, le retour au calme, relatif  à la crise anglophone, passe inévitablement par la négociation.

Par Marguerite Papana

En quatorze points, les evêques du Cameroun, par le biais de l’archevêque de Douala, Mgr Samuel Kleda, reviennent sur la situation qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. « Nous, évêques du Cameroun, avons une fois de plus examiné la situation de crise sociale qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Cette situation devient de plus en plus préoccupante», indique le message des évêques. Celui-ci intervient à la fin de leur 42ème assemblée plénière qui s’est tenue du 23 au 29 avril dernier. On y perçoit une certaine constance chez les hommes d’église qui sont restés fidèles à leur position de départ.

Ils lancent un appel à un dialogue franc et sincère, à la paix, à la justice et à la réconciliation. Lors «de la tenue du conseil permanent du 06 décembre 2016 et du 40ème séminaire des évêques à Mamfé, nous avions déjà appelé les differents protagonistes à un dialogue franc et sincère », fait savoir Mgr Samuel Kleda. Les « évêques de la province ecclesiastique de Bamenda ont également pris position à ce propos, invitant toutes les parties au dialogue », a-t-il renchéri.

En appui à leurs dires, ils font mention d’une citation du pape François. « Tous nous désirons la paix. Beaucoup de personnes la construisent chaque jour par de petits gestes. Engageons-nous par la prière et l’action, à devenir des personnes qui ont banni de leur cœur, de leurs paroles et de leurs gestes la violence et à construire des communautés non-violentes… Tous nous pouvons être des artisans de paix », résonnait la voix du Vatican.

Les protagonistes

Ce dialogue fait intervenir l’Etat (les trois pouvoirs, Ndlr) et les differents acteurs de ce conflit. A savoir les syndicats, les partis politiques, la société civile, etc. Que « tous engagent la reconciliation des droits et des devoirs, la réconciliation de la mémoire de la Nation…que l’Etat de droit soit priviligié », a expliqué le clergé. Par ailleurs, les évêques demandent le retour à la normale. Retour qui comprend la reprise des cours dans tous les établissements primaires, secondaires et universitaires. Ainsi que la cessation des grèves, des villes mortes, et des tracasseries.

En revanche, une prière est adressée pour que « les négociations s’intensifient et s’accélèrent pour que des réponses urgentes soient données aux problèmes posés, notamment celui des avocats et entre autres le respect de la Constitution, l’accélération de la décentralisation et une sécurité citoyenne des forces de l’ordre ». L’avenir dira si l’appel des hommes de Dieu a résonné dans le désert.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP