Jeudi, 20 Septembre 2018
Accueil quotidien mutations societe Crise à l’Eglise évangélique du Cameroun: l’audience programmée pour le 12 mai à Douala

Crise à l’Eglise évangélique du Cameroun: l’audience programmée pour le 12 mai à Douala

881
- Publicité -
crise à l’Eglise évangélique du Cameroun

Le tribunal de première instance de Douala-Bonanjo ne s’est pas encore prononcé sur crise à l’Eglise évangélique du Cameroun. l’affaire oppose le groupe Sawa au pasteur président général de l’Eec Hendje Toya et ses partisans.

Par Blaise Djouokep

Les chrétiens de l’Eglise évangélique du Cameroun (Eec) ont rempli la salle d’audience du tribunal de première instance de Douala-Bonanjo. C’était le lundi, 05 juin 2017. L’audience relative à la crise au sein de l’Eec a duré quelques minutes. Juste le temps pour le juge de prononcer un renvoi Eec l’affaire pour le lundi 12 juin 2017. Ce qui n’etait pas du goût de la partie plaignante.

Ce procès met en lumière les dissensions au sein de l’Eec. L’affaire oppose les fidèles du pasteur Samuel Priso au  président général actuel de l’Eec, le pasteur Hendjé Toya. Ce dernier a été élu à l’issue du 59ème synode général de Ngaoundéré tenu en avril 2017. Ce pasteur de l’Eec  est installé depuis le mercredi 10 mai 2017 dans ses fonctions.

Le Tribunal de première instance (Tpi) de Bonanjo à Douala a connu cette affaire le 19 mai dernier. La plainte est déposée par le groupe Sawa contre Jean Samuel Hendje Toya et Isaac Batomen Hanga. Il est reproche aux accusés le non-respect de la procédure  electoral au sein l’Eec. L’élection des nouveaux membres des organes exécutifs de l’Eec s’est tenue 22 avril dernier. Selon les resultats de l’élection le pasteur Hendje Toya, natif du Nkam, a été élu au synode de Ngaoundéré. Il a battu lelz pasteur Samuel Priso Moungolè, originaire de Bonabéri, qui le soutien du Ngondo.

Transparence 

Les contestataires souhaitent que le tribunal procède à l’évaluation du patrimoine immobilier de l’Eec, région du Littoral, afin de procéder au partage équitable au cas où l’élection n’est pas annulée et que les clauses issues de la rencontre de Yabassi de 2009 ne sont pas respectées. La demande d’annulation du vote du synode de Ngaoundéré tient également de ce que, soutiennent les contestataires, l’élection avait connu plus de votants que d’inscrits. Même si, du côté des accusés, l’on soutient que le procès s’est déroulé dans la transparence et que les affaires de l’église ne devraient pas se retrouver sur la place publique.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP