Mercredi, 25 Novembre 2020
Accueil quotidien mutations sante Coronavirus:un centre d’isolement pour renforcer la prise en charge à Douala

Coronavirus:un centre d’isolement pour renforcer la prise en charge à Douala

385
- Publicité -

L’infrastructure logée à l’Hôpital Laquintinie a officiellement ouvert ses portes le 16 juillet dernier.
Par Renaud Inang

Douala veut isoler le coronavirus. La ville vient de renforcer la prise en charge de la pandémie déclarée au Cameroun depuis plus de quatre mois. Dans le cadre la riposte contre le COVID-19, la capitale économique s’est vue doter d’un centre d’isolement et de prise en charge des patients atteints de coronavirus. Logé dans l’enceinte de l’Hôpital Laquintinie, le bâtiment flambant neuf construit sur une superficie de plus de 1000 m2, avec une capacité de 21 lits d’isolement et quatre autres pour des soins intensifs, a été inauguré le 16 juillet dernier par le secrétaire d’Etat à la Santé publique, chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies, Alim Hayatou. D’après Alim Hayatou. « Le gouvernement a instruit le ministre de la Santé publique, à travers le Premier ministre, de construire dans chaque hôpital de région, un centre d’isolement », indique le secrétaire d’Etat.
Entièrement équipé, le centre qui doit encore bénéficier des aménagements extérieurs, pourrait accueillir ses premiers patients dans les prochains jours. Comme à l’Hôpital Laquintinie, d’autres espaces aménagés pour la prise en charge des victimes de la COVID-19 à Douala sont déserts. C’est le cas du centre de prise en charge des patients atteints de coronavirus logé au stade Mbappé Leppé. Aucun malade n’a encore été reçu par l’équipe médicale en place. Pourtant, le centre qui peut accueillir plus de 180 personnes, avec plus de trente lits d’hospitalisation sous condition d’oxygène nécessaire, est fin prêt. En visite d’inspection sur le site, la délégation conduite par Alim Hayatou, s’est assurée de l’effectivité des travaux dans ce centre et de l’acquisition des biens dans le cadre de la riposte contre la pandémie. « Le centre est prêt parce qu’on a fait des simulations. On peut amener maintenant des patients si la nécessité s’impose », rassure Alim Hayatou qui s’est également rendu à Mbanga Bakoko, pour le même exercice.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP