Samedi, 11 Juillet 2020
Accueil quotidien mutations politique Coronavirus:les Camerounais indésirables en Europe

Coronavirus:les Camerounais indésirables en Europe

61
- Publicité -

En riposte, le député Josua Osih exige l’application du principe de réciprocité pour interdire également d’accès au territoire national les ressortissants de l’espace Schengen.
Par Cyril Marcel Essissima

Dans son processus de déconfinement à tâtons, l’Europe s’ouvre au reste du monde en émettant des restrictions. À en croire le journal Le Monde, les 26 pays membres de l’Union européenne (Ue) ont dressé, dans la soirée du 26 juin dernier, une liste 14 pays non européens autorisés à accéder à l’espace Schengen. Sur cette liste, le Cameroun n’y figure pas. De façon implicite, le pays de Paul Biya est reversé dans le lot des pays dit « à risque », du fait de la pandémie de coronavirus. Une nouvelle qui n’a pas été du goût de nombreux Camerounais, dont le député Josua Osih.

Dans une déclaration à lui attribuée sur Facebook, hier 29 juin, par son camarade de parti Jean Robert Waffo, le parlementaire du Social Democratic Front (SDF) exprime son indignation et juge « inacceptable » cette (presque) résolution de l’Ue. Josua Osih estime qu’il est du droit des États membres de l’espace Schengen « de s’isoler ou de discriminer les ressortissants des pays pouvant se rendre sur leur territoire au motif qu’ils risquent, d’après eux, d’apporter une nouvelle vague de contamination du Covid-19 ». En revanche, l’élu de la nation demande aux autorités camerounaises d’appliquer les mêmes restrictions à ces « donneurs de leçons » suivant les règles diplomatiques. Aussi, déclare-t-il, « en vertu du principe sacro-saint de réciprocité, aucun ressortissant des pays de l’espace Schengen ne doit également être autorisé d’entrer au Cameroun durant cette période d’interdiction, quel que soit son statut diplomatique ou sanitaire. » Le député invite d’ailleurs formellement le président de la République, Paul Biya, à « prendre ses responsabilités et imposer notre souveraineté ».

Dans la même veine, il ajoute que « nous ne pouvons pas être victimes d’un virus venant de l’espace Schengen et en payer le prix ». Au lieu de « s’ériger en donneurs de leçons », s’offusque l’homme politique, les 26 « auraient pu humblement se mettre en synergie avec nos différents acteurs locaux pour mieux gérer la crise du Covid-19 afin de sauver des vies dans l’espace Schengen et au Cameroun ».
En rappel, seuls quatre africains, à savoir l’Algérie, le Maroc, le Rwanda et la Tunisie, sont officiellement autorisés à pénétrer l’espace Schengen à partir du 1er juillet prochain. Sous réserve du principe de réciprocité, c’est-à-dire à condition qu’elle accepte aussi d’accueillir des voyageurs européens sur son sol, la Chine peut exceptionnellement effectuer des liaisons avec le vieux continent. À noter que cette liste pourrait être actualisée toutes les deux semaines.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP