Mercredi, 23 Mai 2018
Accueil quotidien mutations economie Cameroun:la contrefaçon se bétonne

Cameroun:la contrefaçon se bétonne

202
- Publicité -
Contrefaçon

La contrefaçon touche désormais le secteur de la cimenterie. Le ministère du Commerce et la gendarmerie viennent de saisir 743 sacs de ciment contrefait à Douala, et laissent entendre que 3000 tonnes de ce faux produit ont déjà été écoulées dans la capitale économique.

Par Blaise Djouokep

La technique utilisée pour parvenir à la fabrication du faux ciment était simple. Elle consistait à acheter des sacs de ciment avariés, notamment, du ciment qui avait déjà durci et ne pouvait plus être utilisé. Le contenu de ces sacs est écrasé et rendu en poudre. La poudre contenue est mélangée à du sable fin. Puis, elle est tamisée et placée dans les sacs vides neufs portant les labels des sociétés de fabrication de ciment local et du ciment importé.

Ces sacs ainsi reconditionnés sont ensuite placés sur le marché. Et, ils sont distribués sur toute l’étendue du territoire national. Les produits de sept (07) sociétés de fabrication du ciment étaient ainsi contrefaits. Fort heureusement, l’une des usines de fabrication de ce ciment contrefait a été démantelée par les éléments de la 2ème région de gendarmerie du Littoral.

A en croire le colonel Louba Zal, son commandant, la saisie avait été effectuée le 15 octobre 2016. Une équipe des renseignements et sécurité de l’Etat-major de gendarmerie a découvert un immeuble dont les travaux sont aux arrêts. Il sert pour la fabrication du faux ciment au quartier Bonaloka. L’atelier de fabrication « était loué par Désiré Mpessè, qui se livrait à la fabrication du faux ciment.

743 sacs de ciment contrefait ont été saisis.  Au moment de la descente sur les lieux,  37 tonnes étaient prêts à être écoulés sur le marché. Après enquête, il ressort que plus de 3000 sacs de ciment contrefait ont déjà été écoulés sur le marché », explique le colonel.

A en croire Me Nkamwah Limen, le gérant de l’immeuble, « au moment de la location du magasin au rez-de-chaussée de l’immeuble, au mois d’aout 2016, le mis en cause avait indiqué que le magasin était destiné à la vente du matériel informatique. C’est après avoir entendu des bruits nocturnes dans cet immeuble qu’un ancien gendarme qui y vivait va me saisir. Et, ensemble, nous allons informer la police judiciaire et la gendarmerie». Les gendarmes seront les premiers sur les lieux. Désiré Mpessè, le mis en cause, va s’exiler après la découverte de la fabrique de ciment. Il,  ne reviendra au Cameroun que le mercredi 14 juin 2017.

Ciment frauduleux 

Il sera interpellé le lendemain, jeudi. Lors de son exploitation, l’accusé va reconnaitre les faits. Les sacs de ciment frauduleux sont détruits le 16 juin 2017 en présence du ministre du Commerce. A en croire le colonel Louba Zal, ces ciments contrefaits sont à l’origine de l’effondrement des immeubles à Douala. Il révèle également que la fabrique découverte n’est pas la seule dans la ville de Douala. Le colonel annonce des actions afin de démanteler ces réseaux de contrefaçon.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP