Samedi, 15 December 2018
Accueil quotidien mutations societe Conseil national de la jeunesse:une voix muette

Conseil national de la jeunesse:une voix muette

269
- Publicité -

Depuis sa création en 2009, cette structure peine à remplir convenablement ses missions.

Par Josiane Afom

Le 1er avril dernier, le Conseil national de la jeunesse du Cameroun (Cnjc) a tenu son assemblée générale élective, laquelle a porté Fadimatou Iyawa Ousmanou à sa tête. Originaire du Mayo Banyo dans l’Adamaoua, elle n’est pas un visage nouveau au Cnjc. D’autant plus que depuis 2015, elle était chargée des relations publiques adjointe du bureau national. Agée de 25 ans, Fatimatou Iyawa Ousmanou est titulaire d’un master II en télécommunications et réseaux et consultante ingénieur en cybersécurité. Elle est la première dame à occuper le poste de président national du Cnjc, après Abdoulaye Abdoulrazack et Jean Marc Afesi Mbafor. Ce dernier a été nommé membre de la commission nationale du bilinguisme et du multiculturalisme.

D’après ses textes de création, d’organisation et de fonctionnement, le Cnjc constitue une plate-forme nationale de concertation, de coordination, de consultation et d’actions des organisations de jeunesse du Cameroun. Il a pour mission d’assurer la représentation des jeunes, des associations, des organisations et mouvements de jeunesse aux concertations locales, nationales et internationales. A ce titre, il se doit de faciliter la concertation, l’expression et l’action de la jeunesse, et de contribuer à l’insertion socioéconomique des jeunes, ainsi qu’à la promotion de la culture entrepreneuriale en milieu jeune.

Placé sous la tutelle du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique (Minjec),
le Cnjc, créé au lendemain des émeutes de 2008, a une subvention de fonctionnement qui varie entre 30 et 40 millions Fcfa par an. Une somme qui lui est octroyée via le Minjec. A en croire le président sortant, Jean Marc Afesi Mbafor, les missions de cette instance ont été pleinementremplies. «Étant donné les grosses contraintes budgétaires, nous pensons que [notre] bilan est plus que positif», vante-t-il.

Dans les faits, ce dernier explique que sous son impulsion, le Cnjc a signé une convention de collaboration avec le Réseau des parlementaires «Espérance jeunesse». Laquelle visait la promotion des politiques et actions en direction de la jeunesse. Jean Marc Afesi Mbafor met également à son actif la création des «Académies de l’Emergence», qui a pour but de favoriser la promotion et l’appropriation par les jeunes de tous les instruments de politique gouvernementale liés à la vision «Cameroun pays émergent à l’horizon 2035».

Batailles
Des actions qui, d’après certains jeunes, restent invisibles. «Le Cnjc est une coquille vide depuis sa création. Pourtant, l’idée au départ était noble. C’était celle de construire un organe d’interface entre la jeunesse et les pouvoirs publics. Pour y arriver, il fallait dépolitiser le conseil, le rendre légitime de telle sorte que ceux qui en assument les responsabilités soient une émanation légitime de la jeunesse», affirme le
coordonnateur du mouvement «11 millions de citoyens», Cabral Libii. «Le Cnjc devrait être un laboratoire favorisant l’émergence de l’élite jeune, un organe par lequel les pouvoirs publics montre qu’ils peuvent faire confiance à la jeunesse.

Mais, le conseil n’a aucune autonomie. Il n’a pas de vision. C’est plutôt du décor», tranche l’homme politique. «Le Cnjc est une histoire politique. Je ne sais véritablement pas en quoi cela aide la jeunesse, d’autant plus qu’on ne le ressent
pas dans la résolution des problèmes des jeunes», décrie pour sa part Jean Mballa, étudiant à l’Université de Yaoundé I. «Le Cnjc a déjà fait quoi et qui a vu ? C’est un organe qui ne sert à rien, mais qui gère pourtant un gros budget», renchérit Alain Tene, jeune entrepreneur. A ces récriminations, il convient d’ajouter les batailles autour de la gestion de la subvention, lesquelles finissent par ternir l’image de ce conseil qui a suscité beaucoup d’espoirs au sein de la jeunesse.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP