Mercredi, 30 Septembre 2020
Accueil quotidien mutations economie Commerce de la tomate:la « remontada » des prix

Commerce de la tomate:la « remontada » des prix

214
- Publicité -

Après une présence en trop grande quantité sur le marché et des tarifs anormalement bas pendant plusieurs semaines, ce produit retrouve peu à peu sa tendance habituelle.

Par Ruth Marcelle Ngo Mbang (Stagiaire)

Claude Zanga, 21 ans, élève en classe de Terminale chinois au Lycée général Leclerc est vendeur temporaire de tomates au marché Mvog-Mbi. A sa gauche, l’on aperçoit des tomates de 100Fcfa et à droite des tas de 200Fcfa. Les clientes s’approchent difficilement de lui parce qu’actuellement, les prix ont évolué. «Ça fait trois semaines que le panier de tomates a augmenté », confie-t-il. Le cageot de tomates qu’il achetait à 2000 ou 2500Fcfa aux mois de mai, juin et juillet coûte désormais 7500Fcfa au Marché 8e à Tsinga où il se ravitaille. Ainsi, au lieu d’en acheter quatre comme d’habitude, il en prend plutôt deux à 15000Fcfa. Son bénéfice dans ce cas est de 5000Fcfa après écoulement difficile de la marchandise. Il gagnait pourtant environ 12000Fcfa lorsque la tomate était moins chère et en surabondance sur le marché.

Dans le même marché, Anastasie L., détaillante depuis plus de 20 ans, vend de petits tas de tomates. Six fruits exactement à 100 Fcfa et des tas moyens de quatre tomates à 200Fcfa. Elle fait également face à cette augmentation. Elle nous explique que l’ouverture progressive des frontières du Cameroun et des pays voisins d’une part, et la saison pluvieuse d’autre part, sont à l’origine de ce changement de tendance quand on sait que pendant la période dite de confinement, les paniers de tomates se sont vendus comme jamais auparavant. L’on apercevait partout dans la cité capitale des camions remplis de cageots de tomates liquidés à 2000, 1500 voire 1000 Fcfa.

Au marché du Mfoundi, les étals de tomates sont quelques peu différents de par le volume de chaque tas formé et la taille du fruit rouge. Ici, plusieurs « billes de tomates » coûtent 100Fcfa et sept tomates moyennes sont vendues à 200Fcfa. « 200 la tomate ! Trois tas à 500! », s’écrie une maman derrière son comptoir. Pour Papa Souleyman, paradoxalement, le prix de la tomate n’a pas eu de hausse. Ce dernier estime plutôt que « c’est seulement la clientèle qui avait commencé à s’habituer au bas prix » du fruit rouge. Selon ce commerçant rencontré le 24 août dernier, c’est l’ouverture de la frontière avec le Nigeria qui justifie la « flambée » actuelle.

Suite aux énormes difficultés rencontrées du fait du coronavirus, le gouvernement avait annoncé en juillet dernier, un plan de relance de la filière tomate. Celui-ci prévoyait une série de mesures d’accompagnement dont l’identification des coopératives les plus impactées par la pandémie, le renforcement des capacités techniques de production et de transformation des tomates et l’appui des agriculteurs en intrants agricoles.

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

Loading

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP