Mercredi, 17 Janvier 2018
Accueil quotidien mutations societe Cnps :le directeur général et l’agent comptable à couteaux tirés

Cnps :le directeur général et l’agent comptable à couteaux tirés

141
- Publicité -

Alain Olivier Mekulu Mvondo accuse Patrick Hervé Bessala d’entraver le bon fonctionnement de la Cnps.

Par Lucien Bodo

Le 5 juillet 2017, les pensionnaires de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) explosent de colère. Rendus auprès de leurs banques respectives pour toucher leur pension du mois de juin, ces derniers découvrent avec amertume que leurs comptes
n’ont pas été approvisionnés. Une première depuis 2009, année où les paiements mensuels ont été lancés. Certains d’entre eux vont se diriger à la direction générale
de la Cnps à Yaoundé pour avoir des explications. Le 7 juillet, en procédure d’urgence, les paiements débutent enfin après une rencontre entre quelques retraités et le
directeur général.

Alain Olivier Mekulu Mvondo : Dg Cnps

Mais la veille, exaspéré par ce nouvel affront, Alain Olivier Mekulu Mvondo adresse une correspondance au ministre des Finances. Datée du 6 juillet
2017, cette lettre traduit une situation de conflit ouvert entre l’agent comptable et lui. « J’ai l’honneur de porter à votre attention les difficultés réelles voire rédhibitoires que nous rencontrons avec l’agent comptable à faire fonctionner normalement la Cnps et qui, si elles ne sont pas urgemment réglées, vont entrainer l’arrêt des prestations à la Cnps », écrit le patron de la structure en charge du paiement des prestations sociales au Cameroun.

Il explique que Patrick Hervé Bessala, l’agent comptable, aurait refusé d’approvisionner les centres de prévoyance sociale en vue du paiement des pensions du mois de juin dès le 5 juillet 2017. Le montant évoqué est de 2,8 milliards de Fcfa. C’est ce refus qui serait à l’origine du dysfonctionnement décrit plus haut. Alain Olivier Mekulu Mvondo révèle également que la Cnps est insolvable vis-à-vis d’une centaine de prestataires. Depuis plusieurs mois, ces derniers réclament le paiement de leurs prestations en vain.

Patrick Hervé Bessala: agent comptable à la Cnps

L’agent comptable n’a toujours pas donné suite à leurs réclamations. Sur le site internet de la Cnps, un article du service la Communication rapporte également que le directeur général a dû payer de sa poche une mission à Genève parce que les frais nécessaires à ce déplacement n’avaient pas été décaissés.
Plusieurs missions d’employés de la Cnps à l’étranger auraient ainsi été annulées pour défaut de frais. Le directeur général ajoute que « lors de la session extraordinaire du Conseil d’administration du 3 juillet dernier, les,administrateurs n’ont pas perçu leurs indemnités de session ».

Mis en copie de cette lettre, Séraphin Magloire Fouda, le secrétaire général des services du Premier ministre a réagi. Dans une autre correspondance datée du 14 juillet, il demande à Alamine Ousmane Mey de faire connaitre au chef du gouvernement Philemon Yang la suite réservée à ce problème. Cet échange de courriers intervient alors que la presse rendait publique une correspondance de Patrick Hervé Bessala adressée elle aussi au ministre des Finances.

Exercice 2016

L’agent comptable exprimait son opposition vis-à-vis des’résolutions prises lors du conseil d’administration de la Cnps le 23 mai dernier. L’une d’elle relevait par exemple les « nombreuses insuffisances et incohérences des états financiers » qu’il avait présentés. Le document concluait fort logiquement par l’émission d’une idée de mise sur pied d’un comité ad hoc pour assister Patrick Hervé Bessala dans la production des comptes de l’exercice 2016.

Dans sa lettre, ce dernier estime qu’il n’a pas besoin d’une quelconque assistance et évoque plutôt le refus par le directeur général de « transmission de comptes d’emploi et des pièces justificatives de la somme de 68 milliards de Fcfa mise à sa disposition en vue du paiement des prestations sociales de l’exercice 2016 ». Ces conflits à répétition entre agents-comptables et directeurs généraux des établissements publics prendront peut-être fin avec la promulgation le 12 juillet dernier par le président Paul Biya, de la nouvelle loi portant statut général des établissements publics.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP