Mardi, 11 December 2018
Accueil quotidien mutations politique Centre:efforts mutuels, bilan mutuel

Centre:efforts mutuels, bilan mutuel

241
- Publicité -

Réunis en association, les sénateurs du Centre ont mis leurs moyens en commun pour défendre les intérêts des Collectivités territoriales qu’ils représentent.
Par Ludovic Amara
C’est Sylvestre Naah Ondoua, sénateur Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) et vice-président de la Chambre haute, qui a été désigné par ses pairs comme porte-parole du « Collectif des sénateurs du Centre ». L’un d’eux avoue que cela n’a pas toujours été parfait ; l’ancien ministre « a ses défauts, mais nous l’avons accepté tel qu’il est ». Un collectif qui est doté d’une permanence au lieu-dit « Tradex nouvelle route Bastos » à Yaoundé. C’est dans ses bureaux que sont reçues des doléances et revendications émanant des Collectivités territoriales décentralisées (Ctd). « Nous travaillons collectivement au-delà des interventions individuelles », révèle le sénateur Jean Marie Pongmoni, originaire du département de la Haute Sanaga.

C’est ensemble que ces élus vont à la rencontre de ministres pour des interventions en fonction des sollicitations. « Cela a permis l’inscription au budget de l’Etat, d’un certain nombre de projet en faveur de la région du Centre », soutient le sénateur Sylvestre Naah Ondoua. Il cite au rang de ces projets : « le financement par le ministre des Travaux publics à hauteur d’un milliard Fcfa, d’un certain nombre de pistes dont la liste avait été arrêtée par le groupe de sénateurs ».

Des réalisations que reconnaissent des élus locaux de la région du Centre. Stanislas Ayissi, maire de la commune d’Elig-Mfomo dans le département de la Lékié, se dit satisfait de la première mandature des sénateurs du Centre. « Je peux vous dire que nous avons apprécié leurs actions. Chaque année, ils se sont fait le devoir de passer dans chaque département, commune après commune, pour distribuer, parfois en appui, le paquet minimum aux écoles. Une fois ça a été des groupes électrogènes, une autre fois, c’était des débroussailleuses ». Cependant, le maire reconnait que cela n’a pas toujours été à la hauteur des attentes, notamment en ce qui concerne la passation des marchés publics pour la réalisation d’infrastructures. « Nous avons posé ce problème aux sénateurs pour qu’ils plaident [notre] cause. Je ne dis pas qu’ils ne l’ont pas fait, peut-être que c’est plus difficile », regrette-t-il.

Ce sentiment d’inachevé est partagé par Edouard Tamba, maire de la commune de Yaoundé VI. « Personnellement, je trouve que cela a été un bon mandat en général, parce que nous avons observé qu’ils ont effectué des descentes dans l’ensemble des départements de la région du Centre, pour rendre compte d’un certain nombre de travaux au Sénat, commence-t-il avant de poursuivre ; en revanche, je suggère qu’ils puissent désormais travailler dans un système Bottom-up, c’est-à-dire qu’ils puissent venir travailler avec les maires, et porter plutôt les projets pour aller les défendre et les soutenir ».

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP