Lundi, 6 Avril 2020
Accueil quotidien mutations politique Cayaye Yeguié Djibril et la Couronne de la défiance

Cayaye Yeguié Djibril et la Couronne de la défiance

189
- Publicité -

La cérémonie de port des attributs des 167 premiers députés élus le 09 février dernier, initialement prévue le 13 mars, avait été décalée sans motif officiel au 16 mars. Interné dans un hôpital parisien depuis quelques semaines, Cavaye Yeguié Djibril avait précipitamment rejoint Yaoundé contre avis médical dans la soirée du 14 mars. Et, plus que jamais diminué par la maladie, le lamido de Mada dans le Mayo-Sava (Extrême-Nord) s’était pointé à l’hémicycle de Ngoa-Ekellé deux jours après, d’abord lundi dernier pour arborer ses attributs de député de la nation, et ensuite hier mardi pour assister à sa réélection au perchoir de la chambre basse du Parlement. Sans détour, l’ancien nouveau président de l’Assemblée nationale (Pan) a ignoré la mesure du ministre de la Santé publique invitant tous les passagers du vol SN Brussels n°371 arrivé à l’Aéroport international de Yaoundé Nsimalen le 14 mars 2020 à 21h en provenance de la France – l’un des pays européens les plus touchés par l’épidémie de Coronavirus -, « à se mettre en quarantaine pendant 14 jours et à limiter les contacts avec leurs proches ». En clair, il a inutilement exposé ses collègues députés à la maladie et, sous d’autres cieux, un acte de défiance aussi grave et qui traduit l’ivresse dans laquelle l’a plongé le pouvoir aurait valu son poste à la troisième personnalité de la République au plan protocolaire.

Mais au fond, Cavaye Yeguié Djibril n’a jamais été homme à se laisser dicter quelque démarche politique que ce soit. Avant l’épisode de sa réélection au perchoir de l’Assemblée nationale, il avait réussi à s’imposer comme candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) au mépris des directives de son président national qui appelait à l’investiture de nouvelles figures, « notamment dans le cas des candidats bénéficiant de la retraite parlementaire ». Dans l’esprit et la lettre de la circulaire signée par Paul Biya à cet effet, les députés ayant passé au moins trois mandats ne pouvaient être investis que s’il n’y avait pas de liste concurrente du parti dans leur circonscription électorale. Dans le Mayo-Sava, il y en a eu trois dont celle du Pan sortant. Et faute de consensus sur le terrain, Cavaye Yeguié Djibril s’en était directement remis au même président national du Rdpc pour obtenir son investiture.

En évoquant pour la première fois la retraite parlementaire, beaucoup avaient, en effet, pensé que Paul Biya visait principalement le Pan. Mais avec la dernière évolution, ils doivent avoir compris à leurs dépens qu’un chef d’Etat ne se débarrasse pas aussi facilement d’un fidèle de la trempe du lamido de Mada – l’une des rares fois où il a été l’humilié après être allé à l’encontre de la volonté de Paul Biya a été sa non investiture comme candidat à la toute première élection sénatoriale, en 2013. Ceux qui ont vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué faisaient circuler ces derniers temps des noms de successeurs potentiels à Cavaye Yeguié Djibril au perchoir de l’Assemblée nationale : Zondol Hersesse (président sortant de la commission des lois constitutionnelles, originaire lui aussi de l’Extrême-Nord) ; Emilia Monjowa Lifaka (présidente en exercice du Parlement du Commonwealth), etc. Elu député pour la première fois en 1970, Cavaye Yeguié Djibril est au perchoir de l’Assemblée depuis 1992.

Par Jean De Dieu Bidias

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP