Vendredi, 17 Août 2018
Accueil quotidien mutations societe Cathédrale Saint Sébastien Bafia Dans l’attente d’un rite pénitentiel

Cathédrale Saint Sébastien Bafia Dans l’attente d’un rite pénitentiel

284
- Publicité -

La réouverture de la Cathédrale Saint Sébastien de Bafia est conditionnée par cette pratique.

Par Marguerite Papana

Selon le droit canonique, la cathédrale Saint Sébastien de Bafia a bel et bien été profanée. Les traces de sang retrouvées sur les posters qui sont à la tombe de Mgr Jean Marie Benoît Bala, la cathèdre, les marches et la table portant le livre d’or en font foi. « Il s’agit d’un acte de profanation des lieux saints (Can 1211) », peut-on lire sur le décret que cosignent le chancelier l’abbé Jean Marie Mpele Koa et le modérateur diocésain Mgr Bienvenu Ndiomo.

Et comme tel, le lieu saint restera scellé jusqu’àce que l’injure soit réparée par un rite pénitentiel. « Tant que ce rite n’est pas accompli, on n’y célèbrera ni l’eucharistie ni les autres sacrements ni les autres actions liturgiques. Par conséquent la cathédrale sera fermée jusqu’au retour des congés de l’administrateur apostolique », indique encore ledit décret. En attendant ledit rituel, les curés et les communautés chrétiennes ont été invités à rester dans la prière.

Traces

C’est le 28 août dernier au petit matin que des fidèles et le vicaire de la cathédrale Saint Sébastien de Bafia qui célébrait la messe, ont constaté les traces de sang de la tombe de l’évêque de Bafia jusqu’à la cathèdre. Dès le constat, le préfet du département du Mbam et Inoubou Justin Mvondo, des éléments de la police judiciaire et ceux de la police scientifique sont descendus sur les lieux pour un constat et faire des prélèvements. Lesquels ont été emportés pour analyse dans la ville de Yaoundé. La scène qui se serait produite dans la nuit laisserait penser à des pratiques occultes, rituels et autres du même registre.

Pour des initiés, il pourrait s’agir d’un rituel qui participe de la purification des personnes en rapport avec la disparition de l’évêque. Des analystes rajoutent qu’il pourrait s’agir du sang d’une bête offerte en sacrifice. L’enquête sur la mort suspecte se Mgr Jean Marie Benoît Bala est toujours en cours. L’évêque de Bafia est porté disparu le 31 mai et repêché des eaux de la Sanaga le 2 juin. Il a été inhumé le 3 août dernier.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP