Vendredi, 19 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations environnement Cape Town:plénière  sur la mise à jour des données démographes

Cape Town:plénière  sur la mise à jour des données démographes

239
- Publicité -
La réflexion menée par des experts à la Conférence internationale de la population interpelle les décideurs pour des recensements plus fiables en Afrique.
Aérienne Engonno 
L’importance des données démographiques n’est plus à démontrer dans le processus de développement d’un Etat. Ce sont elles qui permettent de planifier et de définir des politiques dans tous les domaines de la vie d’une société. En santé, en agriculture, en éducation, etc., ce sont les données démographiques qui aident à assurer les provisions afin d’éviter les tensions de stocks et des désagréments. 
Mais de quelles données disposent les pays africains ? Des pays où, pour la majorité, le délai de 10 ans,  imparti  pour la mise à jour des informations à travers  l’organisation des recensements de la population,  a expiré. Il faut relever qu’en général, les recensements s’étant déroulés en 2005, ils devaient s’organiser en 2015. Aujourd’hui, les chiffres utilisés pour certaines activités ne reflètent pas la réalité  du terrain. Pas seulement à cause du retard sus-indiqué mais également à cause de écueils observés lors des opérations ; entre autres, le non-accès à certaines zones par les recenseurs, le manque de formation de ceux-ci et la longue période observée pour le dépouillement.
 Quoi de plus normal que la thématique sur les données démographiques s’invite au débat dans une plénière pendant la 28è Conférence internationale de la population en cours à Cape Town en Afrique du Sud. D’un pays à un autre, le problème se pose de manière différente. Les guerres, les catastrophes naturelles, le manque de moyens financiers et logistiques sont, en fait, quelques-uns des griefs répertoriés au cours du débat au cours de la traditionnelle Journée africaine qui s’observe pendant cette conférence.
Le panel  de cet exercice montre le sérieux avec lequel cette question a été abordée. Modéré par le  Dr Benoit Calasa, directeur  du Fonds mondial pour la population (Unfpa) régions Afrique central et de l’Ouest, l’une des institution organisatrice de la conférence il se  compose de Philomena Efua Nyarko, de l’Université du Ghana, de  Paulo Saad, de la Commission économique des Nations unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes, de  Parfait Eloundou-Enyegue, Professeur  de sociologie du développement à la Cornell University,  de Marwan Khawaja de la Commission économique et social des Nations unies en Asie et  de Pali Lehohla, Statisticien général  et chef de l’Institut national  des  Statistiques d’Afrique du Sud.
Il faut rattraper le retard que connaissent beaucoup de pays du continent. Et pour des données fiables, il faut faire recours aux technologies de l’information et de la communication afin de mettre fin aux lenteurs dans la livraison des résultats. Introduire des méthodes révolutionnaires permettant de recenser même des déplacées à causes des phénomènes naturels comme le séisme, les cyclones.
.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP