Lundi, 14 Octobre 2019
Accueil quotidien mutations chronique Can 2021 : le Cameroun sera…près!

Can 2021 : le Cameroun sera…près!

538
- Publicité -

Je me réveille ce 1er avril à 3h 39. Reflexe de journaleux de mon temps, je feuillette mon WhatsApp.

Par le Mutant

La vache ! Je tombe sur le Rotongue. Oui, Rodrigue Tongué, le gars qui tient « La reine » tous les dimanches soir sur C2. Vous savez, l’avoir in box est un privilège. Je savoure mon privilège et je lis : « Les chantiers de la Coupe d’Afrique livrés » ! Ah ! Et, il commence : « Historique. Malgré la brise de ce 31 mars 2019, au quartier Olembé, une foule mue par un enthousiasme à couper au couteau, reste massée sur le bas-côté de la route. Le temps de deux tremolos, déboule un Prado ayant à son bord, Bernard Massoua 3, le ministre de la Jeunesse et des sports… » Dieu, je rêve ! Ne me pincez pas ! Je m’enfonce dans le texte : « Le Cameroun tient ainsi son pari. Malgré le glissement de date décidé par la Caf, le pays a honoré ses engagements et démonte ainsi, le projet malsain, cousu de fil blanc, des ennemis de la République.

Les chantiers sont livrés dans les délais annoncés et prescrits. Hourra ! Hourra ! » Et puis, « Oups ! Nous sommes le 1er avril… c’est le jour où tous les canulars sont permis. Joyeux poisson d’avril à tous ! »
Griffez-moi maintenant ! Je sors du lit et tombe dans le canapé. On aurait été sur WhatsApp que je vous aurais servi l’icône qui pleure aux larmes bleues. Je maugrée, maudis, médis. Il m’a eu ! Il ne m’aura plus, le Rotongue ! S’il n’avait pas été un ami, j’aurai dit : « quel c ! » Il en est un, je dis quand même : « quel c, Rotongue ! » En même temps, quel talent ! Nous ressusciter Bernard Massoua en cette période pascale…

De mon divan, j’entends au loin les moteurs des engins Caterpillar qui broient la roche au lieu-dit Meyo à Minkan-Odza, dans la banlieue sud de Yaoundé. Là, dit-on, s’étalera l’échangeur le plus grand de la partie rase campagne de l’autoroute Nsimalen-Yaoundé. Ils y sont jour et nuit depuis une éternité ! Quid de la partie urbaine ? Elle est sur maquette, belle comme notre Camair.co sur cales. Quand débuteront les travaux ? Combien de temps prendront-ils ? Une autre éternité. Dans ce cas, comment acheminera-t-on les délégations de la Can 2021 qui descendront à Nsimalen ? Puisqu’il est question depuis le début de cette chronique de ressusciter les dinosaures du sport camerounais. Y’aurait-il meilleure autoroute que le crane d’œuf du père Bipoun Woum, ancien Minjes, et actuel sage du Conseil constitutionnel ? Mais si, il y a aussi celui plus frais du Bidoung Pierre Ismaël Pkatt, le tout récent ex-minsep, membre très influent de la Task force qui promit de nous livrer les infrastructures de la Can à date.

La tête pleine de cheveux du nouveau maitre de céans, le Narcissique…Moelle Kombi, renverrait plutôt aux bosses et cabosses, nids de poule et écueils et à la jungle des poteaux et fils électriques qui pavoisent depuis 37ans le tronçon Carrefour Mvan-Petit marché Odza de l’actuelle route Yaoundé-Nsimalen. Un véritable passage pour éléphants !  Et l’autoroute Yaoundé-Douala ? Laissez-moi éternuer !

Ailleurs, sur les chantiers de Garoua, Yaoundé, Bafoussam, ce sont les grèves des ouvriers à en finir. Heureusement.  La Can glissera-t-elle une deuxième fois ? Non, rassurez-vous, « le Cameroun sera près le jour dit. » Je dis « près » et non « prêt ». Si vous voyez la subtilité et la nuance des mots. Clin d’œil !

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP