Jeudi, 19 Avril 2018
Accueil quotidien mutations societe Camrail: le groupe Bolloré trône toujours aux commandes. Un français remplace un français à la Direction générale

Camrail: le groupe Bolloré trône toujours aux commandes. Un français remplace un français à la Direction générale

326
- Publicité -

Catastrophe d’Eseka Hamadou Sali et  Didier Vandenbon congédiés de la  Camrail après un conseil d’administration de cette structure

Par Pascal Dibamou 

Au terme d’un conseil d’administration de Camrail, une structure du groupe Bolloré, tenue à Yaoundé le vendredi 9 juin, le Directeur général de Camrail et son président du Conseil d’administration ont été poussés à la démission. Une nouvelle équipe dirigeante est en place. Le conseil s’est tenu quelques jours après que le rapport de la commission d’enquête a été rendu public. Ainsi, Amadou Abbo Aboubacar, chargé de mission dans les services du Premier ministre, a remplacé le député Hamadou Sali au poste de président du  Conseil d’administration. Une fonction qu’il a occupée pendant 8 ans.

Gare de Bessengue à Douala

Gare de Yaoundé

Nouvelle équipe de Camrail 

Le nouveau directeur général est le Français Jean Pierre Morel. Ce dernier aura le temps de mieux se consacrer à l’évolution de Camrail.  Son prédécesseur quant à lui devra  suivre à « temps plein l’instruction de l’accident ferroviaire d’Eseka ».  Le communiqué final du Conseil d’administration de Camrail précise clairement le rôle de chaque maillon  de la chaîne.

Gare de Ngaoundéré

Cependant, l’introduction dans l’organigramme de Camrail des postes de directeurs généraux adjoints viennent apporter un autre visage à la gouvernance de cette structure. Ainsi, ces postes seront occupés par le Dr Gilbert Kana Pondy, transfuge du ministère des Transports, que les experts indiquent être le protégé de l’actuel ministre des transports, Edgard Alain Mebe Ngo’o. Alors il pourra mieux lui remonter les informations stratégiques. L’autre portefeuille revient à Michel Ossock, l’ex-directeur des ressources humaines chez Camrail. Sur cette distribution des cartes les avis sont partagés. Certains pensent qu’il s’agit d’un acte politique alors que d’autres trouvent que la poire a été mieux partagée. « Nous attendons seulement d’être mieux indemnisée. Même comme le Tribunal de première instance de Douala Bonanjo vient de nous condamner au depens », confie un membre du collectif des victimes de l’accident ferroviaire du 21 octobre 2017.

 

 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP