Dimanche, 21 Janvier 2018
Accueil quotidien mutations education Cames:des pistes pour une recherche de qualité

Cames:des pistes pour une recherche de qualité

51
- Publicité -

Le colloque animé vendredi dernier à Yaoundé visait à solutionner la massification des effectifs dans les universités.
Par Josiane Afom

«L’enseignement supérieur et la recherche à l’aune du cinquantenaire du Cames». Tel est thème du colloque que les membres du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (Cames) ont animé vendredi dernier à l’amphi 300 de l’université de Yaoundé II, sis au campus de Ngoa-Ekellé. Une réflexion qui a permis de proposer des voies pour l’avenir des universités africaines et malgaches et de trouver des pistes de solution à la massification des effectifs qui pose un véritable problème dans les universités. Le choix de ce thème découle d’un constat: les universités membres du Cames ne sont pas assez compétitives sur le plan international.

Des idées émises ont convergé vers l’amélioration de la qualité de la recherche et de l’enseignement supérieur. A côté de cette réflexion, Bertrand Mbatchi, secrétaire général (Sg) du Cames explique que l’institution a déjà exploré plusieurs pistes dans le but de faire de ses universités membres des écoles de qualité. «La qualité ne s’improvise pas. Elle se construit et dans ce sens, le Cames a beaucoup de pistes», a affirmé vendredi dernier Bertrand Mbatchi.

Ainsi, l’une des pistes, explique le Sg du Cames, consiste à mettre à la disposition des Etats membres, des outils d’évaluation. Cette évaluation comprend deux aspects que sont l’aspect auto-évaluation (des personnes qui s’évaluent elles-mêmes au regard des référentiels) et l’aspect des évaluations externes. C’est le cas du concours d’agrégation «ce concours d’agrégation qui se fait selon un référentiel donné est un outil qui participe à l’amélioration de la qualité, de la performance», explique Bertrand Mbatchi. La méthode de l’évaluation externe semble être la plus complexe «je demande à ceux qui ont choisi ce concours très exigent, très difficile d’être prêts à affronter les épreuves très difficiles du cames. Mais, je les encourage déjà pour leur témérité, leur audace parce qu’ils auraient pu choisir la voie longue qui est celle des travaux. Mais ils ont choisi le concours du cames et je les félicite et leur souhaite bonne chance», a exprimé Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement supérieur.

La deuxième piste qu’explore le Cames en vue d’améliorer la qualité de la recherche et de l’enseignement supérieur concerne les formations. Ici, «le Cames dispose des référentiels d’évaluation des formations des diplômes de telle sorte qu’on peut s’assurer que les étudiants ont des diplômes qui sont compétitifs, qui obéissent à un certain nombre de critères», rassure le Sg. En marge de la 18è session du Cames qui se tient à l’université de Yaoundé II, Jacques Fame Ndongo a présidé vendredi dernier, la cérémonie de lancement des activités préparatoires au cinquantenaire du Cames qui va se célébrer en mai 2018 à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP