Lundi, 6 Avril 2020
Accueil quotidien mutations politique Boulou Ebanda nya Bedi:Macron nous a habitués à des déclarations narcissiques

Boulou Ebanda nya Bedi:Macron nous a habitués à des déclarations narcissiques

172
- Publicité -

Professeur titulaire des sciences de l’information et de la communication et directeur de recherche à l’Université d’Ottawa, il pense que le Président n’assimile pas les rapports que son pays entretient avec plusieurs pays d’Afrique.    

Par Jean De Dieu Bidias

Comment on peut analyser la sortie d’Emmanuel Macron ? Est-ce un message qu’il veut passer à Biya ?

Si je comprends bien, vous parlez de la vidéo qui circule dans les réseaux sociaux. Vidéo dans laquelle nous semblons « entendre » la voix du président de la République française répondre à un supposé immigrant d’origine camerounaise déclarant avoir traversé la méditerranée – c’est-à-dire, en sous-entendu bien-sûr, qu’il est arrivé clandestinement en France – interpeller Mr. Macron en lui demandant, grosso-modo, d’intervenir sur le génocide en train de se passer au Cameroun. Nous entendons ensuite la voix et apercevons une partie de la bouche de M. Macron, de temps en temps, dire ce que je qualifierais de grossièretés politiques associées à une profonde insensibilité diplomatique.

Alors, pour répondre à votre question, je ne pourrais pas, avec les éléments de cette vidéo, vous dire avec certitude que « cette sortie de Macron » est véridique, pour la simple raison qu’aujourd’hui nous connaissons milles et unes techniques de la manipulation sonore et visuelle et cette vidéo ne saurait être une exception à cette réalité du « deepfake ». Toutefois, si ils étaient admis, même le temps d’un instant, que les images et les sons de cette vidéo sont véridiques, alors on pourra admettre qu’elle représente une véritable bavure diplomatique, une bombe qui confirme les rapports coloniaux paternalistes et condescendantes que nous savons déjà tous en ce qui concerne les rapports entre les présidents africains et les présidents français.

Peut-on penser que Macron a répondu de la sorte pour bien se faire voir de la part de ses concitoyens, montrer qu’il essaie de faire quelque-chose mais que c’est Paul Biya qui refuse d’écouter ? 

Les présidents de la République française, quand il s’agit des affaires africaines, n’ont jamais rien à prouver à leur peuple. Pour certains Africains qui ont la mémoire courte, nous devons peut-être rappeler que pendant la colonisation, la France qui est souvent déclarée être le pays des Droits de l’Homme et le pays « des Lumières », n’en avait rien affaire avec le droit à la vie des Africains opposés à sa mission colonisatrice. Au Cameroun, particulièrement, la France a tué arbitrairement et sans jugement des opposants camerounais, sans jamais inquiéter son Assemblée nationale et son peuple, sans jamais rendre compte. Dans cette ère de la post-colonie et des médias sociaux avec leur vitesse de propagation de l’information, nous ne pouvons donc pas admettre que le président de la République française essaye de faire bonne figure à la face des Français. Toutefois, si le contenu sonore de cette vidéo est vrai, ce serait plutôt à des Camerounais qu’il s’adresserait. Ici, nous pourrions être tenté de dire qu’il veut sauver sa face vis-à-vis des Camerounais et de tous les Africains d’ailleurs, en articulant de bonnes intentions ouvertes et ses intérêts cachés.

D’un autre point de vue, il a répondu à une question visiblement sans y être préparé. Peut-on penser que c’est simplement une erreur dans le discours vu les circonstances dans lesquels il est énoncé ?

Une erreur dans le discours, mais de quel discours parlez-vous? L’actuel président de la France nous a habitués à des déclarations narcissiques qui nous font croire qu’il n’a pas encore la maturité politique nécessaire pour assimiler les rapports que son pays entretient avec plusieurs pays d’Afrique. Une de ces dernières déclarations sur ce qu’il qualifiait « de sentiment anti-français » par des Africains, suivi par sa « convocation parternalisante » des chefs d’États des pays du Sahel était, effectivement, un discours préparé mais non-maturé. Le contexte de cette vidéo, qui semble avoir lieu au traditionnel Salon international de l’agriculture à Paris, est aussi, dans la même veine, préparé mais non-maturé, car ce n’est pas dans un espace publique comme celui-là qu’un président de la République française se laisserait approcher par un manifestant africain l’interpellant sur un génocide qui se passerait loin des terres françaises. La réaction émotive de ce président français, encore une fois si cette vidéo était prouvée crédible, représenterait donc effectivement, une non-maturité politique, un enfantillage.

 Doit-on s’attendre à une riposte du pouvoir de Yaoundé et quelle forme celle-ci peut-elle prendre ?

Nous savons et sommes habitués au silence d’Étoudi qui ne commente jamais des commentaires. Ainsi, que le contenu de cette vidéo qui circule soit vrai ou faux, diplomatiquement, nous, le public, ne saurons sûrement jamais ce que la France ferait pour tenter d’effacer ces déclarations enfantines de son président. Elle mettra sûrement la diplomatie en branle pour préciser la position traditionnelle de la France vis-à-vis du Cameroun, un pays frère et ami. Étoudi ne fera rien en soit, surtout pas ouvertement… Toutefois, si vous observez comme moi les productions politiques au Cameroun, vous constaterez que la riposte partisane se fait déjà, hors du palais bien sûr. Elle s’organise en contrattaquant la petitesse et l’immaturité politique du président français. Elle s’attaque même à sa capacité intellectuelle de M. Macron, faisant ainsi ressortir des déclarations décontextualisées de ses opposants. Mais nous le savons déjà et nous, Camerounais, pouvons déclarer que ces réactions hors palais font fausses routes et n’aident pas Étoudi qui devrait, au contraire, communiquer aux Camerounais et non pour discréditer le président de la France. Nous avons déjà émis un avis sur ce sujet.

Est-ce que le propos de Macron s’inscrirait dans un agenda international sur le sol camerounais, genre force d’interposition dans le NoSo? 

Si le président de la République française est crédité de ce qu’on entend dans cette vidéo, alors il serait peut-être intelligent de se demander pourquoi il n’a pas reçu, même officieusement, le professeur Kamto lors de son récent passage en France? Si c’est lui qui avait exigé sa libération avant le Rencontre de Lyon, demandé l’application de la décentralisation, etc., il pourra aussi intervenir pour régler les véritables problèmes politiques auxquels fait face notre pays. Il serait évidemment naïf de croire à cette possibilité, à moins d’admettre, parallèlement, que le président de la République camerounaise est l’employé de la France, ou tout du moins, un individu au service de la politique française au Cameroun.

Suite à cette position, nous pourrions aussi, logiquement, conclure que nos malheurs en Afrique dépendent de la non-volonté de la France. Ainsi, nous, les  Camerounais et autres Africains d’ailleurs, serons en droit de faire des articulations politiques : de se demander, par exemple, à qui profiterait tous ces chaos et guerres civiles déstabilisantes qui déchirent l’Afrique noire. À qui profiteraient ces chaos et le déficit démocratique quand les entreprises françaises ne payent pas leur part au développement des pays dans lesquelles elles font richesse? Qui vend les armes aux rebelles et à l’armée de ces pays? Qui tue ses propres compatriotes aujourd’hui et pourquoi, au Mali, au Burkina Faso, au Niger, au Nord-Ouest et au Sud-Ouest du Cameroun, etc. À qui profiteraient la déstabilisation politique de ces États francophones, et pourquoi aujourd’hui, par hasard, à la fin de soixante années de plusieurs accords coloniaux entre la France et ces pays.

La France a évidemment des intérêts économiques et politiques en Afrique et au Cameroun en particulier. La déstabilisation politique du Cameroun coûte déjà bien chère aux Camerounais et à l’économie de plusieurs entreprises françaises. Le Cameroun, malgré sa richesse à la fois intellectuelle et physique est tombé parmi les pays les plus pauvres de cette planète, tout comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger, des pays francophones qui résistent à tout céder à la France. Le support apporté à la société civile et à des projets non-gouvernementaux au Cameroun, comme l’aurait déclaré M. Macron dans cette vidéo, restent donc invisibles et inconséquents. Ils n’aident pas la société camerounaise, toujours dans la pauvreté, à sortir de leurs états de pauvreté et de démerde. Nous sommes donc d’avis qu’en cette ère de la post-colonie, la France aurait beaucoup à perdre dans la déstabilisation du Cameroun. Le Cameroun n’est le Tchad ou on peut intervenir militairement pour arrêter les forces ennemies avançant vers N’Djamena… Le Cameroun c’est le Cameroun, un pays qui serait totalement indépendant, un jour !

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP