Mardi, 4 Août 2020
Accueil quotidien mutations economie Pour Bernard Ouandji le programme économique avec le Fmi est sans effet sur le secteur privé

Pour Bernard Ouandji le programme économique avec le Fmi est sans effet sur le secteur privé

1479
- Publicité -
programme économique
L’économiste s’étonne de ce qu’il n’ait pas été prévu le remboursement de la dette de l’ Etat vis-à-vis des opérateurs économiques nationaux.
 
Par Jean De Dieu Bidias  
Pour vous qui avez une parfaite maîtrise du fonctionnement des institutions de Bretton Woods, quelles pourraient être les conditionnalités du prêt que le Fmi vient d’approuver en faveur du Cameroun ?
Il faut d’abord comprendre que la première tranche correspond à notre quote-part au fonds ; le Fmi est comme une tontine. Alors, tout membre peut demander et obtenir sans difficulté un décaissement égal à sa quote-part préalablement cotisée. Pour les tranches suivantes, qui sera l’argent des autres, les conditionnalités vont surgir. Ce genre de programme est assorti de conditionnalités plus ou moins avouées ; elles vont se révéler au fur et à mesure. D’ores et déjà je regrette que le Fmi avalise l’option déflationniste choisie par les gouvernements de la Cemac. Les chefs d’Etat ont écarté la dévaluation.  Dans les mois à venir, nous aurons droit à la réduction de la masse monétaire. Tout comme la réduction des indemnités dans la fonction publique ; au bout de cette phase, les choses vont empirer puisque la déflation est un processus cumulatif vers le bas.
 
Une enveloppe de 390 milliards F Cfa est-elle suffisante pour rétablir la viabilité budgétaire et débloquer la croissance du secteur privé ?
 Une première tranche de 101 milliards F Cfa  sera débloquée immédiatement ; c’est une goutte d’eau face à un déficit budgétaire  de 1300 milliards F Cfa en 2017. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a annoncé une série de coupes budgétaires à la veille de la signature de l’accord avec le Fmi. Ceci concerne les finances publiques. En réponse, tout ce programme est sans effet sur le secteur privé. Pour la simple raison que la dette intérieure est supérieure à 900 milliards F Cfa envers les opérateurs économiques nationaux. Son remboursement n’est pas prévu dans ce programme du Fmi dont l’enveloppe fait 390 milliards F Cfa.
 

Vous pensez donc que ce programme ne peut pas être une solution au problème de compétitivité des entreprises camerounaises ?  

Ce programme adresse une crise des finances publiques, qu’il n’est pas capable de  résoudre, et n’apporte aucune solution au problème de compétitivité des entreprises.  Vu que les prêts du Fmi sont des prêts à court terme, dans trois ans, le Cameroun se retrouvera sommé de rembourser un prêt budgétaire qui n’aura eu aucun rendement sur la production. Et c’est le cercle vicieux.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP