Mercredi, 24 Juillet 2019
Accueil quotidien mutations politique Batailles:la Primature (re)bascule dans le Sud-Ouest

Batailles:la Primature (re)bascule dans le Sud-Ouest

607
- Publicité -

A travers Dion Ngute, la région récupère un poste qu’elle a perdu depuis plus de neuf ans.  

Par Jean De Dieu Bidias

Le contrôle du poste de Premier ministre faisait l’objet de batailles bien avant même l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, entre les élites du Nord-Ouest et celles du Sud-Ouest. Le président de la République, Paul Biya, a fini par trancher en faveur de la deuxième région. Et c’est à Joseph Dion Ngute que revient l’honneur de coordonner la toute première équipe gouvernementale du septennat dit des « Grandes opportunités » (2018-2025). Dans l’histoire du Cameroun, il devient la troisième personnalité de cette région à occuper cette haute fonction après Peter Mafany Musonge (1996-2004) et Ephraim Inoni (2004-2009), alors même que son nom n’apparaissait pas dans la short-list des dignitaires originaires de l’ensemble de la partie anglophone du Cameroun pressenties depuis plusieurs semaines à la Primature. Des batailles politiques ont toujours existé entre le Nord-Ouest et le Sud-Ouest pour le contrôle de quelques strapontins à Yaoundé. C’est ce qui explique que, sans même tenir compte de la longévité inédite de Philemon Yang, un des leurs à la fonction de Premier ministre (plus de neuf ans), les élites de la première région manœuvraient pour garder le poste.

Plus offensif, le Sud-Ouest le faisait ouvertement, allant même jusqu’à surfer sur la crise sociopolitique en cours dans le Southern Cameroon. Courant août 2018, la South West Elite Association (SWELA), une association qui regroupe l’élite de la région du Sud-Ouest s’est réunie deux fois, d’abord à Yaoundé puis à Buea – cette fois avec la participation des populations -, pour non seulement réaffirmer qu’elle n’était pas solidaire des groupuscules qui revendiquent la sécession du Southern Cameroon, mais aussi pour accuser le Nord-Ouest voisin d’importer la crise sur son territoire. Parmi les éléments ayant plaidé en faveur du Sud-Ouest, il y a certainement le fait que les élites font montre d’un meilleur contrôle de la situation sur le terrain, notamment dans le département du Fako dans lequel se trouvent les principales villes de la région que sont Limbé et Buea.

A preuve, contrairement au Nord-Ouest où le taux de participation à la dernière élection présidentielle ne dépasse guère les 5%, le Sud-Ouest affiche 15%. Par ailleurs, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) a perdu les élections sénatoriales d’avril 2018 dans la première région au profit du Social Democratic Front (SDF), et gagné dans la deuxième.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP