Lundi, 20 Mai 2019
Accueil quotidien mutations economie Barrage hydroélectrique : L’énigme Mekin

Barrage hydroélectrique : L’énigme Mekin

221
- Publicité -

Alors que la construction de l’ouvrage est achevée il y a plus d’un an, sa mise en service ne devrait intervenir que dans un mois, le temps de régler certaines défaillances. 

Par Josiane Afom

Un mois. C’est le délai que le ministre de l’Eau et de l’Energie (Minee), Gaston Eloundou Essomba, en visite au barrage hydroélectrique de Mekin, le 15 avril dernier, a donné aux différents acteurs pour la mise en service effective de cette infrastructure. Celle-ci a été construite sur le fleuve Dja, dans le département du Dja et Lobo, région du Sud. A Eneo, le ministre a donné l’instruction d’achever le remplacement de 950 poteaux électriques afin de faciliter le transport de l’énergie. L’entreprise, qui a expliqué au Minee que 60% des poteaux ont déjà été remplacés, doit par la même occasion, nettoyer les lignes de transport.

À la China National Electric Engineering Corporation, entreprise chinoise en charge de la réalisation du projet dont la phase technique est pilotée par Mekin Hydroelectric Development Corporation (Hydro-Mekin), Eloundou Essomba a instruit de réparer la turbine numéro 2, actuellement défectueuse. En effet, cet ouvrage, d’une capacité de 15MW, dont les travaux de construction se sont achevés il y a plus d’un an, fait face à certaines défaillances qui bloquent sa mise sous tension. Lors de sa première mise en service en 2016, il avait été clairement constaté que la turbine numéro 2 était défectueuse et qu’il fallait la remplacer.

De même, il fallait refaire une étude de l’impact du périmètre du projet et repenser l’intégration de l’énergie produite à Mekin dans le réseau interconnecté Sud (Ris). Sur le plan environnemental, le barrage a, du 22 janvier au 25 février dernier, alimenté les arrondissements de Meyomessala et de Sangmélima, dans la région du Sud, avant la survenue d’un incendie au poste de Njom-Yekombo. Il ressort que deux ponts et deux villages (Awo’on et Nyabizou) sont noyés alors que le site de recasement des populations n’est pas accessible. Des problèmes qui, d’après Gaston Eloundou Essomba, doivent être résolus dans les brefs délais, afin que les populations du Sud puissent bénéficier des retombées de cet ouvrage.

Evaluée à 25 milliards Fcfa, la construction du barrage hydroélectrique de Mekin n’a jamais fait l’unanimité chez les experts, certains parmi eux estimant qu’une telle infrastructure à ce coût ne devrait pas être réalisée. Il est notamment décrié la faible capacité de l’ouvrage dont l’usine de pied a une puissance installée de 15 MW (trois groupes de 5 MW). Du reste, le projet comprend la mise en place d’une ligne d’évacuation d’énergie de 110 kV sur 33,1 Km de Mekin jusqu’au lieu-dit Njom-Yekombo, à la station d’interconnexion au Ris. A cela, il faut également ajouter une voie d’accès de 12,6 km. Enfin, l’énergie du barrage doit essentiellement alimenter des arrondissements de la région du Sud.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité

0

- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP