Vendredi, 20 Juillet 2018
Accueil quotidien mutations societe Aviation civile:le danger permanent des oiseaux et des animaux

Aviation civile:le danger permanent des oiseaux et des animaux

171
- Publicité -

Le Comité national de prévention du risque aviaire et animalier se réunit pour la première fois à Yaoundé.

Par Jean de Dieu Bidias

15 janvier 2009. Suite à une panne due à l’ingestion d’une nuée d’oiseaux, un aéronef de type A320 transportant 155 passagers fait un atterrissage d’urgence dans le fleuve Hudson, au large de New York (Etats-Unis d’Amérique). Cet incident aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Mais, grâce à la maîtrise de l’équipage, aucune
victime humaine n’est déplorée. Le 17 août 2016, un avion de Qatar Airways ayant à son bord 300 âmes décolle de l’aéroport d’Atatürk d’Istanbul (Turquie) et se repose quelques minutes après. La raison ?

L’un des réacteurs de l’appareil a pris feu après qu’il a heurté un oiseau. Pas plus tard que le 05 septembre dernier, un avion de la Japan Airlines en direction de New York a dû faire demi-tour quelques minutes seu-
lement après avoir décollé de l’aéroport de Tokyo. Son réacteur gauche était entré en contact avec un oiseau. Ces trois histoires peuvent faire sourire… Pourtant, la présence de la volaille et des animaux dans le périmètre aéroportuaire représente un énorme danger.

Et la prévention de ce risque consiste à réduire leur présence dans les alentours
des aéroports à travers la mise en œuvre de différents moyens de lutte, et surtout à
assurer une gestion adaptée de l’environnement afin de rendre l’écosystème des abords de pistes moins attractif pour les espèces aviaires et animales. C’est d’ailleurs dans cette perspective que la toute première réunion du Comité national de prévention du risque aviaire et animalier s’est tenue hier à Yaoundé, sous la résidence du ministre délégué auprès du ministre des Transports, Mefiro Oumarou.

Cette instance créée le 29 avril 2015 par le Premier ministre et qui regroupe, entre autres acteurs, l’Autorité aéronautique civile du Cameroun, les ministères des Transports et de l’Elevage et des Pêches, a planché sur les moyens de lutte déjà mis en œuvre ou à envisager sur les aéroports pour se prémunir de tout drame. En effet, « en aviation civile, la sécurité est une priorité. Et bien que l’avion soit le moyen de transport le plus sûr, les conséquences d’un accident d’avion sont en général dramatiques. C’est pour cette raison que dans l’exploitation aéronautique, tout objet pouvant rentrer en contact avec l’avion peut représenter un danger », a expliqué Mefiro Oumarou.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP