Samedi, 20 Octobre 2018
Accueil quotidien mutations education Arthur Zang:dans la tête d’un génie

Arthur Zang:dans la tête d’un génie

221
- Publicité -

Après le cardiopad, l’inventeur camerounais veut mettre sur pied une usine de production de circuits imprimés.

Par Arnaud Kuipo

Une nouvelle journée s’est levée pour Arthur Zang. A 08h le 15 juin dernier, l’entrepreneur est dans son lieu de service sis au quartier Obobogo à Yaoundé. C’est d’ailleurs lui qui vient ouvrir le portail au reporter. Himore Medical (le nom de son entreprise) est quasiment déserte à cette heure. C’est d’ailleurs un jour
férié pour cause de fête de fin du jeûne de Ramadan. Le comptable est néanmoins annoncé, car la structure qui est constituée de 12 personnes (de diverses compétences) est en période d’audit, apprend-on. Le calme qui y règne permet de percevoir des bruits émis par des engins à l’extérieur. Les deux interlocuteurs vont passer plus d’une heure ensemble à parler de l’histoire du succès de celui dont le nom est une référence dans le milieu de la technologie au Cameroun.

Tout commence en 2010. L’apprenant de l’Ecole nationale supérieure polytechnique de Yaoundé (Ensp) est en stage au service de cardiologie de l’Hôpital général de Yaoundé. « Je découvre que beaucoup de patients viennent des villages, et parfois, ils passent beaucoup de temps pour faire leurs examens. Ensuite, ils peuvent revenir le lendemain pour récupérer les interprétations », constate-t-il. Face à ces difficultés, son encadreur, Pr Samuel Kingue, cardiologue, demande s’il peut y apporter une solution. « Je vais donc avoir l’idée de développer un appareil qui peut permettre de faire les examens dans les villages, obtenir une interprétation du cardiologue installée en ville », se souvient Arthur Zang.

En juin de la même année, il soutient son mémoire d’ingénieur en informatique sur la conception et la réalisation d’un système permettant de réaliser l’électrocardiogramme et le diagnostic à distance.
Toujours assis dans son fauteuil, le jeune homme continue de relater, sans difficulté apparente, la trajectoire suivie par son projet. Il révèle ainsi qu’en novembre 2011, le prototype (exemplaire expérimental) est réalisé ; ce, grâce à l’aide familiale évaluée à 600.000 Fcfa. En décembre 2011, le brevet du cardiopad est déposé à l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (Oapi). Place à la recherche
des financements pour la production des premiers appareils proprement dits. La création d’une page Facebook appelée « CardioPad Project » est l’une de ces actions.

Les initiatives portent des fruits. Le président de la République lui octroie 20 millions Fcfa. En fin d’année 2012, les premiers appareils sont disponibles après la création de son entreprise. Puis, grâce à d’autres financements, dont un prêt bancaire, le premier stock de 150 appareils (comportant des améliorations issues des observations de médecins) sont produits quelques années plus tard. Le Gabon est le premier pays où l’appareil est commercialisé. Les autres étant les Îles Comores, le Népal et le Kenya. Les difficultés rencontrées, selon ce fils de Mbalmayo dans le Nyong et So’o (région du Centre) sont, selon lui,
communes à toutes les jeunes entreprises. Le besoin en financements en fait partie. De plus, « il a fallu homologuer l’appareil comme tout nouveau équipement mis sur le marché. Cela a pris le temps nécessaire.

On n’a pas voulu se soustraire aux différentes procédures du régulateur », relève-t-il sans vouloir jouer la victime. C’est donc en octobre 2016 qu’il est désormais possible de commercialiser le produit au Cameroun. L’unité est estimée à environ 2 millions Fcfa. Africa Cardiac Care L’invention du cardiopad a été l’occasion pour Himore Medical de mettre sur pied le programme Africa Cardiac Care. Il s’agit de cette « petite » assurance cardiaque permettant aux souscripteurs de bénéficier des examens (glycémie, tension artérielle et électrocardiogramme) illimités en payant annuellement le montant de 29.000 Fcfa. A ce jour, ce service est disponible dans plusieurs hôpitaux. La liste inclut les hôpitaux de Djoungolo, Efoulan, Mvog-Ada, etc.,
tous dans la ville de Yaoundé.  Plusieurs structures sanitaires en zone rurale sont également concernées par cette offre. Soit un total de plus 30 sur le triangle national.

Récompenses
Cette invention du jeune âgé aujourd’hui de 30 ans lui a permis d’engranger différentes distinctions à l’échelle nationale et internationale. Parmi ces prix, figure le « Rolex Awards for Entreprise », obtenu en juin 2014 sur 1820 candidats à travers le monde, d’après le gagnant. Il précise qu’il s’agit d’une compétition organisée par l’institut « Rolex » ; lequel récompense les idées scientifiques à forte portée entrepreneuriale. D’après Arthur Zang, cette distinction va donner une autre ampleur au projet. Et ce n’est pas fini, puisque ce chef d’entreprise reçoit en France, en juillet prochain, le prix Odees décerné par la Fondation Pierre Fabre.

De plus, la concrétisation d’autres projets vont sans doute permettre au fils de Paul Zang Zang (enseignant à l’Université de Yaoundé I) d’obtenir d’autres récompenses. Ce sont l’usine de production des cartes à puce (déjà opérationnelle) et une usine de production de circuits imprimés (en cours d’implémentation). Cette dernière permettra, par exemple, de ne plus importer les composants électroniques dans le cadre de la fabrication du cardiopad. De plus, il annonce que d’autres appareils un peu plus légers sont en cours de développement. Ces derniers vont permettre aux patients souffrant de diabète ou d’hyperten-
sion de prendre leurs paramètres à domicile et de les transférer aux spécialistes.

Malgré le succès et l’aura, Arthur Zang ne veut visiblement pas prendre la grosse tête. « Je fais de mon mieux pour apporter quelque chose à l’environnement dans lequel je vis », affirme-t-il, après avoir laissé échapper un léger sourire. Pour lui, il n’y a pas de recette magique dans l’entreprenariat. « Chacun à son expérience », fait observer ce fils d’infirmière à la retraite (Félicité Zang). Néanmoins, le père du cardiopad va évoquer, entre autres, la passion (dans ce que l’on entreprend) et la persévérance comme des éléments
importants en vue de la réussite.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP