Dimanche, 8 December 2019
Accueil quotidien mutations economie Amadou Sy: « Il faut voir comment gérer les chocs subis par le Cameroun » 

Amadou Sy: « Il faut voir comment gérer les chocs subis par le Cameroun » 

86
- Publicité -

Le chef de mission du Fmi fait le bilan de la 5e revue du programme économique et financier achevée le 8 novembre dernier à Yaoundé.

Par Pascal Dibamou

Vous venez d’achever la 5e mission de revue au titre de la Facilité élargie de crédit dans le cadre du Programme économique et financier entre le Cameroun et le Fonds monétaire international (Fmi). Qu’est-ce qu’on peut en retenir ?

La date de réalisation de nos critères quantitatifs était fixée à fin juin 2019. S’agissant des critères quantitatifs et de performance, le Cameroun a atteint tous les objectifs que nous nous étions fixés. Même comme au niveau des réformes structurelles,  il y a encore des efforts à  fournir et c’est compréhensible. Maintenant, nous continuons à examiner ce qu’il faut faire le plus vite possible  en termes d’objectifs de réformes structurelles.

Pouvez-vous énumérer quelques-unes de ces réformes ? 

Je peux résumer certains points sur lesquels nous avons insistés. Le premier concerne la gestion des chocs pour le Cameroun. A côté du choc sécuritaire, il y a l’incendie  de la Société nationale de raffinage (Sonara). Comment gérer ces chocs et  résoudre le plus vite possible l’incertitude qui pèse sur le secteur bancaire, sur les recettes fiscales non pétrolières, etc. Il faut vraiment voir comment gérer ces chocs. Par exemple sur la crise sécuritaire pour laquelle on avance vite, on peut récolter les dividendes de la paix. Le deuxième était la mobilisation des ressources non pétrolières. La question est savoir comment élargir la base pour que ce ne soit pas  les mêmes qui subissent l’impact de la pression fiscale. Il faut élargir cette base de manière à ce qu’il soit soutenable. Le troisième point concerne le problème d’investissement. Il ne faut pas juste regarder la dette, mais chercher à savoir comment mettre en phase  ces investissements avec les stratégies arrêtées.  Nous attendons avec beaucoup d’impatience l’achèvement des travaux de deuxième phase du Document de stratégie sur la croissance et l’emploi. Nous allons supporter le Cameroun pour qu’il atteigne de ses objectifs.

Pour réduire de volume de l’enveloppe des soldes engagés non décaissés (Send’s) au niveau de la Caisse autonome d’amortissement, le Fmi attendait du Cameroun un projet de contrat de performance pour la gestion des projets à financement extérieur. L’avez-vous reçu ?

Je crois qu’il faut vraiment s’attarder sur pourquoi est-ce qu’on a inséré ce genre de critère. L’idée est vraiment d’essayer de croire. Nous sommes en accord avec les autorités camerounaises. Il faut des investissements qui rapportent plus au Cameroun et qui ont plus de synergie entre eux. Les experts du ministère des Finances et du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire ont même utilisé certains écosystèmes en termes d’investissement et aussi ce souci de diversifier et d’augmenter les exportations. Le revers de la médaille de tout ça n’est pas seulement la dette, mais plutôt  plus de croissance, d’emploi et d’exportation, etc. Donc je pense qu’au-delà des critères, le défi à terme, est que le pays atteigne ses objectifs stratégique.

A combien s’élève le montant du prochain décaissement attendu par le Cameroun ? 

Le montant du prochain décaissement est d’à peu près 55 millions de Dollar (plus de 32,6 milliards Fcfa). Mais l’important ici est de regarder cet effort dans le cadre de l’effort collectif ou les partenaires collectifs du Cameroun sont impliqués. Nous avons travaillé tout au long de notre séjour avec la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et même la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale.

Le programme avec le Fmi s’achève en juin 2020. Le Cameroun peut-il  le prolonger dans le cas qu’il n’atteint certains objectifs ?

C’est à l’appréciation des autorités camerounaises de décider s’il voudrait ou pas continuer de cheminer ensemble avec le Fmi. Nous sommes en discussion et nous présentons effectivement le cas pour l’extension du programme.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP