Lundi, 18 Juin 2018
Accueil quotidien mutations sport Ahmad Ahmad:chronologie d’un acharnement

Ahmad Ahmad:chronologie d’un acharnement

179
- Publicité -
Ahmad

5 août 2017. A la télévision nationale Burkinabé, Ahmad Ahmad fait une sortie médiatique inédite.8

Par Dimitri Mebenga

Avant même l’envoi d’une mission d’inscription sur le terrain, le nouveau président de la Confédération africaine de football (Caf) prédit l’échec de l’organisation de la
32ème Coupe d’Afrique des nations (Can) par le Cameroun. Dans cette même intervention, il annonce que ladite mission séjournera au Cameroun du 20 au 28 août 2017, au lieu de septembre comme qu’initialement prévu.

Le 21 juillet. A la suite de la réaction du président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) Tombi A Roko, qui s’indignait de la décision du comité exécutif de
la Caf de faire passer de 16 à 24 équipes dès la Can 2019 sur les antennes de Radio France internationale, le président de la Caf, dans un ton péremptoire, a réagi : « Nous allons rester intransigeants », a-t-il martelé. Visiblement, il ne laisse transparaitre aucune lueur de dialogue.

Le 20 juillet. A l’issue d’un symposium dont l’urgence reste sujette à caution, le Comité exécutif de la Caf décide que «la Coupe d’Afrique des nations se jouera désormais avec 24 équipes à partir de 2019, entre les mois de juin et juillet, et pendant les années impaires ». Cette décision a pour conséquence directe sur le Cameroun, la modification du cahier de charges initialement prévu et pour l’instance faîtière du
football continental, le remodelage du calendrier des éliminatoires. Jusqu’ici, le nouveau cahier de charges n’est toujours pas disponible. Il demeure donc un certain flou quant aux critères d’évaluation de la mission attendue.

Le 15 juillet. Quelques jours avant le symposium : Fouzi Lekjaa, président de la Fédération marocaine et vice-président de la Caf, est le premier à porter l’estocade, en annonçant les couleurs par ces propos : « Le Maroc n’hésitera pas une seconde à répondre favorablement à une doléance de la Caf pour abriter la Can 2019. D’ailleurs, en 2015, à cause de l’épidémie Ebola, le manager camerounais nous a privés
de l’organisation de cette compétition». Il prononce la sentence qui suit : « C’est une revanche de l’histoire ».

Les comptes

Le choix du Maroc d’accueillir ce symposium (du 18 au 20 juillet dernier) n’est donc pas dû au hasard. Entre l’éviction des Camerounais officiant au Centre d’excellence de la Caf à Mbankomo et la fermeture des bureaux de Yaoundé au mois de mars dernier, tout indique que le nouveau président de la Caf (Malgache) a mal digéré le re-
trait de la Can des U17 à Madagascar en début d’année, au profit du Gabon. A l’époque, le Camerounais Issa Hayatou était aux commandes de la Caf. Ahmad Ahmad et son vice-président, Fouzi Lekjaa, ne cachent donc pas leur détermination à régler les comptes au Camerounais… et au Cameroun.

Lire aussi : Cameroun-Caf:Silence, on règle les comptes !

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP