Mercredi, 23 Mai 2018
Accueil quotidien mutations education Afrique: l’intégration par l’école

Afrique: l’intégration par l’école

185
- Publicité -

Le pôle gouvernance de l’université panafricaine livre sa 2e cuvée demain à Yaoundé.
Le continent africain a mal à son intégration. Le dire, c’est enfoncer une porte ouverte. Pourtant, des choses se font pour inverser cette tendance qui frise la malédiction. Il en est ainsi de l’université panafricaine, dont la sortie de la deuxième promotion de l’Institut pour la gouvernance, les humanités, les sciences sociales et humaines est prévue demain au Palais des congrès de Yaoundé. 59 étudiants issus de 19 nationalités africaines (le major est nigérien) recevront leurs diplômes à cette occasion. Ils ont été formés dans des domaines aussi variés que prévention et la gestion des conflits et des catastrophes, le management des frontières ou les dynamiques migratoires. Mais également en interprétation et traduction.
L’université panafricaine naît de la volonté des dirigeants africains au cours de la 15e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du 27 juillet 2010 à Kampala. C’est l’un des projets phares de la Commission de l’Union africaine qui vise à travers ledit projet à doter le continent des spécialistes dans des domaines de recherche variés. Ses modules sont organisés en 5 domaines thématiques et hébergés dans cinq pays dans les cinq régions du continent africain. Il s’agit de l’institut pour les sciences de la terre, de la vie et l’agriculture (Ibadan-Nigeria), l’Institut des sciences fondamentales, de la technologie et de l’innovation (Nairobi-Kenya), l’institut des sciences de l’énergie, de l’eau et des changements climatiques (Algérie), l’institut des sciences de l’espace (au Cap- Afrique du Sud) et l’institut pour la Gouvernance, humanités, les sciences sociales et humaines (Yaoundé-Cameroun).
Les pays abritant les différents instituts offrent les infrastructures. L’Union africaine finance la formation et chaque Institut est appuyé par un partenaire au développement. Les candidats à l’université panafricaine sont sélectionnés par un appel à candidature que lance l’université chaque année sur toute l’étendue du continent. Les candidatures sont soumises à l’étude auprès d’une commission qui siège dans chaque institut. Durant leur formation, ils reçoivent une bourse mensuelle qui varie suivant qu’on soit inscrit en master (750 dollars) ou doctorat (1100 dollars).
Yaoundé abrite non seulement un institut, mais également le siège de l’université panafricaine. La cérémonie de collation des diplômes aux lauréats de la première promotion de l’Institut basé au Cameroun a eu lieu le 30 mars 2016.
Georges Alain Boyomo

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP