Vendredi, 17 Août 2018
Accueil quotidien mutations environnement Rendre l’huile de palme moins nuisible

Rendre l’huile de palme moins nuisible

330
- Publicité -

 

L’Afrique centrale toujours en quête du juste milieu entre le développement et la conservation de la nature.

Par Adrienne Engono Moussang

Les pays de la Cemac se sont engagés, avec une dizaine de pays , pour la culture du palmier à huile. C’était le 16 novembre 2016, en marge de la 22ème Conférence des Nations unies pour le climat (Cop22) à Marrakech. L’engagement s’est fait dans le cadre de la bannière de la Tropical Forest Alliance 2020 (TFA2020).

Bien avant, les pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (Ceeac) avaient, au travers de son secrétariat général, développé le Système de l’économie verte en Afrique centrale (Sevac) en 2010. Par la suite, la cemac a signé un accord avec le Fonds mondial pour la nature (Wwf). L’objectif était d’élaborer une stratégie régionale pour le développement d’une filière huile de palme durable. Il faut rappeler que la filière huile de palme est jusqu’ici la cause de mécontentement dans certains pays. Les populations  ne voient pas d’un bon œil l’accaparement de leurs terres. En effet, ceci rend difficile le développement de leurs activités agricoles.

Le Cameroun a ratifié l’Accord de Paris. Et comme dans la plupart d’autres pays de la Ceeac, une décision portant adoption des programmes sectoriels de l’économie verte et une autre décision sur l’adoption du programme régional d’investissement agricole sont mises en œuvre. Ces deux décisions qui datent du 25 décembre 2015 démontrent de la volonté de mise en œuvre des outils d’orientation qui vont prévaloir dans la concrétisation des engagements pris dans la sous-région.

Solutions en Afrique centrale

Le palmier à huile est important dans l’alimentation et dans la création des emplois. De ce fait,  il semble difficile d’interdire systématiquement sa culture. Il faut alors concilier la protection de l’environnement, celle de la forêt particulièrement. Forêt très déterminante dans la lutte contre le changement climatique au travers de la séquestration du carbone. En un mot, rendre le palmier à huile moins nuisible.

Pour avancer dans cette logique, les Etats membres de la Ceeac et Wwf se sont retrouvés les 30 et 31 mars à Yaoundé, pour la validation technique du document de stratégie régionale de développement durable de la filière palmier à huile dans cette sous-région. Marc Languy, directeur-adjoint Wwf Afrique chargé de l’Afrique centrale, et Honoré Tabuna Abuna, représentant du secrétaire général de la Ceeac, ont ouvert les travaux qui ont vu la participation des représentants du secteur privé, de la société civile et des ministères sectoriels.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP