Jeudi, 12 December 2019
Accueil quotidien mutations societe Affrontement de New-Bell : le quartier sous surveillance

Affrontement de New-Bell : le quartier sous surveillance

1245
- Publicité -

En  attendant  les  descentes  inopinées  annoncées  par  le  gouverneur  de  la  région  du  Littoral,  la  zone  connaît  une  forte  présence  policière.

Par Marthe Ndiang

Le calme est revenu à Babylone, Nguanguè et les autres  quartiers  jenvironnants  de  New-Bell.  Les  habitants  un  peu  plus  sereins,  vaquent  à  leurs occupations. La  présence  des  policiers  et  des  gendarmes  parfois  à  bord de  leurs  véhicules  au  carrefour  Shell  New-Bell  et  dans  les rues  de  Babylone  a  quelque  chose  de  rassurant.  De  jour comme de nuit, les forces de maintien de l’ordre  veillent  au grain.  Encore  plus  en  soirée.  Car,  une  fois  la  nuit  tombée, leurs  effectifs  sont  renforcés.  Au  carrefour  Monkam  aussi, policiers  et  gendarmes  sont  aux  aguets.  Un  dispositif  sécuritaire  qui,  d’après  une  source  policière,  vise  à  dissuader toute  velléité  d’attaque  de  la  part  des  assaillants,  mais aussi  et  surtout  de  rassurer  la  population. Mais  après  les  assauts  répétés  d’un  gang  armé  d’armes blanches  les  14  et  15  mars  derniers,  la  peur  n’a  pas  totalement quitté  certains.  «  Cette  bande  de bandits et de drogués a  terrorisé  le  quartier  durant  deux  jours.  Ce  qui  fait  qu’aujourd’hui,  malgré  la  présence  des  policiers  et  des  gendarmes,  j’ai  cette  peur  qui  ne  me  quitte  pas»,  explique  Julie, une  habitante  de  Babylone.  Et  pour  cause,  «  c’est  des bandes  organisées  qui  agissent  dans  leur  état  second.  Ce sont  des  drogués.  Et  cette  drogue  se  vend  à  New-Bell.  On connaît  les  points  de  Babylone,  du  lieu-dit  Eglise  Bandjoun notamment», indique  le  chef de quartier  New-Bell  cimetière. Voilà  qui  est  dit.  Des  points  de  vente  de  drogue  connus  de tous.  Et  qui,  d’après  les  chefs  de  quartier  présents  à  la  réunion  de  crise  organisée  jeudi  dernier  par  le  gouverneur  de la  région  du  Littoral  à  la  mairie  de  Douala  IIème,  sont  généralement  des  points  de  départ  de  ces  agressions  en bande.  D’ailleurs,  quelques  points  de  vente  de  stupéfiants ont  été  listés  par  certains  chefs.  Le  ton  dur  et  ferme,  Samuel  Dieudonné  Ivaha  Diboua  a  par  la  suite  annoncé quelques  mesures  visant  à  ramener  la  quiétude  et  mettre fin  aux  actions  des  gangs.  Car,  dit-il,  «  je  suis  descendu  à New-Bell  pour  régler  un  problème de bandits et de drogués. Et  je  voudrais  vous  tranquilliser.  La  loi  permet  au  gouverneur  de prendre des mesures conservatoires que je ne vous dirais  pas  »,  martèle-t-il.  Non  sans  rappeler  que  la  loi  sur  le grand  banditisme  n’a  pas  encore  été  annulée.  Le  gouverneur  poursuit  :  «  Tous ceux qui sont des drogués, allez  passer  le  message  dans  les  zones  de  drogue  que  nous  allons sévir.  Ce  seront  des  descentes  inopinées».

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP