Vendredi, 17 Août 2018
Accueil quotidien mutations sport Abel Mbengue:l’immédiateté imposée au Cameroun est discutable à propos de la Can 2019

Abel Mbengue:l’immédiateté imposée au Cameroun est discutable à propos de la Can 2019

259
- Publicité -
Abel Mbengue

Abel Mbengue, le conseiller de Issa Hayatou livre ses impressions sur les nouvelles résolutions du comité exécutif de la Caf qui impose l’immédiateté au Cameroun pour la Can 2019

Par Dimitri Mebenga

Quelle est votre appréciation sur l’opportunité du forum de la Caf qui s’est tenu à Rabat au Maroc il y a quelques semaines ?

Aussitôt élu, et même avant, le successeur d’Issa Hayatou avait annoncé qu’il allait se situer dans une prétention de rupture. D’où mon appréciation mitigée sur l’applicabilité immédiate – la formule est de lui – des premières résolutions du dernier forum organisé à Rabat (inspiré par lui, je crois…). Il est intéressant de relever que le président de la Caf a été, avant ses nouvelles responsabilités, président de sa fédération et ensuite membre du comité exécutif de la Caf.
A ce titre, et en raison à l’esprit de dialogue et de consensus imprimé par son prédécesseur, le président de la Caf ne s’est jamais marginalisé.

Pensez-vous qu’il était urgent pour la Caf de modifier les règles de jeu de l’organisation de la Can 2019 à 17 mois de la compétition ?
Non ! «L’applicabilité immédiate» de la mesure concernant notamment la périodicité et le nouveau format de la Can n’étant ni statutairement, ni juridiquement justifiée. Le cahier de charges, seul document juridique et pour des raisons de capacités opérationnelles qui avait été soumis il y a deux ans à tous prétendants à l’organisation du rendez-vous de 2019, n’autorisait pas un quelconque amendement des clauses. Surtout que l’atelier qui avait été chargé d’examiner cette option ne s’était pas prononcé sur l’applicabilité immédiate dans sa proposition soumise à la sanction de l’exécutif de la Caf.

Mais, considérant d’autres subtilités retorses, les membres du comité exécutif ont certainement pris en compte des considérations « futuristes », en plaçant le Cameroun devant un fait accompli. Quelles que soient les raisons, l’immédiateté imposée au Cameroun est par conséquent discutable. Au point de charrier les polémiques. Aucune confédération, aucune institution sportive mondiale (Cio, Fifa, Uefa) n’a pris une résolution semblable.

Alors, jugement de cour, la disposition ne peut être que controversée. Et on ne lapiderait pas les Camerounais et les millions de leurs sympathisants de chercher à comprendre la forme et le fond de la modification règles de jeu de l’organisation de la Can.

Le président de la fédération marocaine, par ailleurs vice-président de la Caf, a déclaré que le Maroc n’hésitera pas à organiser la Can en cas de défaillance du Cameroun. Peut-on parler d’une cabale contre le Cameroun ?

D’abord, il ne s’agit pas d’une « revanche de l’histoire ». La vérité c’est que le Maroc s’est délibérément désolidarisé des principes immuables de la périodicité, sous le prétexte de l’épidémie Ebola. Ce qui avait été officiellement battu en brèche par l’Organisation mondiale de la santé. Pour preuve, je rappelle volontiers que les stades marocains – durant la période incriminée – continuaient d’accueillir les équipes africaines dont les pays figuraient sur la liste officielle de l’Oms.

Quand est-ce que le comité exécutif, détenteur exclusif du droit statutaire d’attribution, pourrait modifier une décision déjà prise ?

En tout cas, pas avant les étapes à venir d’évaluation de tous les aspects concourant à la situation politique et sociale de l’environnement. Succèderont à cette évaluation, les missions d’inspection qui vont, pour la première fois, s’élargir à divers experts autres que ceux traditionnels toujours désignés parmi les membres du comité exécutif et fonctionnaires de la Caf. L’introduction inédite d’autres «compétences» pourrait conforter le sentiment que le rendez-vous de 2019, au Cameroun, confirme que les alternances ou les révolutions peuvent donner lieu – à tort ou à raison – à une accumulation d’obligeances et de complaisances. Restons vigilants. Très vigilants pour confondre les convoitises soudaines.

Votre opinion sur les divergences de vue entre Joseph Antoine Bell et Patrick Mboma…
Je n’ai pas de commentaire sur des opinions très souvent émises pour des intérêts d’exotisme ou pour plaire, en fonction du lieu des déclarations. Vous relevez vous-mêmes leur caractère contradictoire…

La plainte initiée par Abdouraman auprès du Tas contre la Caf est-elle légitime ?
Encore une galopade d’esbroufe. Je constate que la cote de sympathie populiste se rétrécit chaque jour.

Comment jugez-vous l’attitude du président de la Fecafoot qui, par la voie d’un communiqué, s’est désolidarisé de cette démarche ?
Il est dans ses droits, car il veut éviter l’amalgame.

Quel regard jetez-vous sur la crise qui a cours au sein de cette entité depuis plusieurs années ?
La Fécafoot gouverne, instruit et assume pleinement la représentativité dans ses attributions nationales et internationales. N’est ce pas l’essentiel ?

Que doit-on retenir de votre passage à la Caf ?
Une fantastique expérience, de nouvelles relations humaines, une autre connaissance maîtrisée du mouvement sportif mondial ; une approche moins naïve de l’être humain. N’oubliez pas qu’avant la Confédération africaine de football, je n’étais pas anonyme. Avec Issa Hayatou, que d’émotions fortes vécues dans une remarquable complicité… Rarement, la fidélité a été prise à défaut. Ses colères étant toujours passagères. Bref, une formidable aventure humaine et professionnelle.

Nous sommes curieux de savoir ce que vous faites de votre quotidien et surtout, vos vœux concernant le football camerounais…
La fidélité n’étant pas rompue, je reste et demeure aux côtés de l’ancien président de la Confédération africaine de football. Quand à mes vœux pour le football camerounais, je souhaite que la très riche expérience de Issa soit capitalisée sans retenue aucune. Encore que son itinéraire international n’a pas donné lieu à des faveurs. La culture et le tempérament de l’homme ne s’y prêtant pas !

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP