Mercredi, 21 Février 2018
Accueil quotidien mutations environnement Braconnage:3000 kg d’écailles de pangolin incinérées 

Braconnage:3000 kg d’écailles de pangolin incinérées 

178
- Publicité -

Cinq autres tonnes encore sous-scellé judiciaire à Douala.
L’enceinte de la délégation régionale des Forêts et de la Faune a connu une fin de matinée peu ordinaire le vendredi 17 févier 2017. 3094 kilogrammes, soit 3 tonnes d’écailles de pangolin ont été incinérées en présence du ministre des Forêts et de Faune (Minfof), Ngole Philip Ngwese. 
Des partenaires dans la lutte contre le braconnage commentent à la scène qui se produit la veille de la Journée du pangolin. « Ceci est un signal fort dans le message que nous envoyons aux braconniers. Si toutes les espèces de pangolins se retrouvent en classe A aujourd’hui, c’est parce qu’elles étaient surexploitées et menacées d’extinction », déclare Hanson Njiforti, directeur du Fonds mondial pour la nature (Wwf) Bureau du Cameroun. Rejoint par son confrère de Africa Worldwide Foundation (Awf) qui va plus loin en posant un autre problème à résoudre dans la lutte contre le braconnage. « Cet événement sera une occasion manquée si les gouvernements ne consacrent pas davantage de ressources à la gestion des zones protégées, n’adoptent pas de mesures plus strictes d’application des lois contre les crimes visant la faune et ne soutiennent des politiques donnant la priorité à la conservation dans toute l’Afrique, » souligne-t-il.
En fait, 8134, plus de 8 tonnes d’écailles dont 5 tonnes sont encore sous-scellé judiciaire à Douala entre 2013 et 2016.  En avril 2016, c’est 3 tonnes de pointes d’ivoire qui ont été détruites à Yaoundé. 
En rappel, depuis 2016, la Convention internationale sur le commerce des espaces sauvages en voie d’extermination (Cites), à laquelle la Cameroun a adhéré, classe tous les pangolins dans la catégorie A, comme les éléphants et les grands singes. Ceci veut dire que leur capture est strictement interdite. Mais la demande croissante des parties de ces espèces à l’extérieur augmente la pression sur celles-ci avec des complicités de ceux chargés d’appliquer les textes pour leur protection. Pour décourager la longue chaîne des braconniers et limiter la distraction du butin par des agents du Minfof, le gouvernement camerounais a donc opté pour les incinérations. L’engagement a été pris pour que la lutte aille en s’intensifiant. 

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP