Samedi, 21 Avril 2018
Accueil quotidien mutations politique 1er octobre 2017:les appels à la retenue se multiplient

1er octobre 2017:les appels à la retenue se multiplient

132
- Publicité -

A l’approche de la date anniversaire de la Réunification, la situation au Nord-Ouest et au Sud-Ouest inquiète les acteurs politiques.

Une croisade pour la paix
Par Ludovic Amara
Jean Simon Ongola, député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) ; Célestin Bedzigui, vice-président de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) ; Alice Sadio, présidente nationale de l’Alliance des forces progressistes (Afp) et Victor Onana, président d’une faction de l’Union des populations du Cameroun (Upc), demandent dans un communiqué signé conjointement, que le dialogue soit ouvert. « Nous ne pouvons pas nous résigner à faire prévaloir la haine, les violences, l’insécurité, encore moins laisser les familles dans le désarroi et le désespoir », écrit le quatuor de politiques. Dans cet appel à une « croisade pour la paix », ils soulignent le « besoin urgent d’ouvrir plusieurs canaux de communication constructifs ».

Les signataires du document rappellent que ce besoin de dialogue, les acteurs de la crise anglophone le doivent à tous les « Pères fondateurs du Cameroun », au rang desquels : Ahmadou Ahidjo, John Ngu Foncha, Salomon Tandeng Muna Ruben Um Nyobè, Ernest Ouandié, ou encore Felix Roland Moumié.  Les quatre hommes politiques cités supra, appellent également les compatriotes de la diaspora, afin que ces derniers fassent prévaloir le dialogue et non le « rêve de certains de faire mettre le pays à feu et à sang ». Et aux francophones, ils recommandent : « ouvrons nos bras à nos frères et sœurs anglophones, afin qu’ensemble, nous recherchions des solutions durables qui prennent en compte le mieux-être de tous et de chacun ».


L’appel au calme de l’Undp
Par Ludovic Amara
L’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), a également joint sa voix au concert d’appels au dialogue et à la retenue de la classe politique. Réuni le 27 septembre 2017 à Yaoundé, après la convocation de Bello Bouba Maïgari, le président national, le bureau politique de ce parti s’est penché sur les derniers évènements survenus dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Après avoir examiné la situation préoccupante qui menace l’unité, la paix et l’intégrité territoriale de [notre] pays, l’instance de ce parti de la mouvance présidentielle « lance un appel au calme et à la retenue ».

Le parti de Bello Bouba Maïgari, par ailleurs ministre d’Etat, ministre du Tourisme et des Loisirs, se dit convaincu que « la solution à cette crise passe par le dialogue », d’où l’appel en direction du président de la République pour que l’ouverture d’un « dialogue large et inclusif [soit] ouvert pour prendre en considération, non seulement les préoccupations de ces deux régions, mais aussi l’aspiration de l’ensemble des Camerounais ».
Au demeurant, l’Undp appelle à l’application effective de toutes les dispositions constitutionnelles, notamment sur la décentralisation : « le bureau politique demande […] la mise en place effective de toutes les institutions de la décentralisation », peut-on lire dans le communiqué qui a sanctionné les travaux.


L’Ufp propose sa médiation
Par Jean-Christophe Ongagna
Désigner les membres du comité de médiation (07 maximum) ; préparer et organiser le grand dialogue national ; organiser une consultation populaire sous la forme d’un référendum sur le thème de la forme de l’Etat ; établir les modalités de mise en application des différentes résolutions prises et, organiser des activités de réjouissance populaires et nationales. Ce sont là les cinq points de la médiation proposée par l’Union pour la fraternité et la prospérité (Ufp). Cette démarche ainsi résumée a été dévoilée lors d’un point de presse tenu hier au siège du parti à Yaoundé.

Après ses deux premières déclarations sur la crise anglophone (celles de décembre 2016 et de février 2017), Olivier Bilé est à nouveau monté à la chaire, non sans rappeler une déclaration antérieure : « la zone anglophone s’apaisera et le pays prospèrera durablement à la faveur uniquement de la restauration de la vérité historique, de la justice mais aussi, de la quête de la modernité politique et institutionnelle », se souvient-il.

La médiation ainsi proposée sera une sorte de panacée venant dénouer la crise anglophone, face aux périls incalculables auxquels la nation est désormais exposée. « […] La véritable nouveauté de cette affaire, c’est l’investissement personnel que je propose au président de la République et au pays pour prendre ce bâton de pèlerin et évidemment, approcher les différents acteurs en présence pour que la démarche du point de vue de la médiation soit appliquée », propose-t-il.

Newsletter: Restez au courant de l'actualité


- Publicité -

AGENDA

Festival des musiques et danses patriomoniales

première édition de Business Coffee Break

Tous nos évènements
Mutations SHOP